Alimentation : ces produits qui nous empoisonnent

Alimentation : ces produits qui nous empoisonnent

L'alimentation est au centre des préoccupations de nombreux citoyens. Aussi le magazine 60 millions de consommateurs a-t-il décidé de sortir un numéro spécial faisant un état des lieux de l'alimentation en France.

100 produits ont été passés au crible par ses journalistes qui alertent les consommateurs sur ces aliments qui nous empoisonnent. Sucres, sels, graisses, nitrites, pesticides, le constat est alarmant. De nombreux produits transformés contiennent des additifs cachés particulièrement nocifs pour la santé.

Les industriels n'ont pourtant aucun scrupule à vanter les soi-disant qualités nutritionnelles de leurs produits gorgés d'additifs. Le magazine prend pour exemple deux poudres chocolatées particulièrement appréciées par les enfants au petit-déjeuner. Nesquik assure ainsi que son produit est riche en fer, vitamine D, zinc. Super Poulain promet de son côté une poudre chocolatée contenant quatre vitamines et deux minéraux. La magazine souligne pourtant qu'aucune mention "riche en sucre" n'est affichée alors même que les poudres chocolatées des deux marques en contiennent respectivement 76% et 86%.

Plus choquant encore, 60 millions de consommateurs nous relate l'histoire de ces industriels qui n'hésitent pas à s'arranger avec la réglementation française en vigueur. Il est en effet interdit en France d'ajouter des additifs aux yaourts. Les industriels ont donc trouvé une astuce imparable : ajouter édulcorants, colorants et autres additifs dans le coulis de fruits au fond des pots ce qui, à l'inverse, est tout à fait légal. Une façon de contourner la loi et, en quelque sorte, de tromper le consommateur.

Difficile en effet, à moins d'être un spécialiste, de reconnaître au premier coup d’œil un produit sain d'un produit de mauvaise qualité nutritionnelle. Marketing trompeur, étiquettes peu lisibles, il est facile de tomber dans le piège des produits ultra transformés. Le magazine rappelle pourtant que de récentes études ont établi un lien entre consommation de ces aliments et risque plus élevé de développer un cancer. Voilà qui devrait alerter les consommateurs, mais aussi et surtout les politiques.

Par Carole Guidon

Publié le