Comment composer soi-même son tableau électrique

Par souci d'économie, par passion pour le bricolage ou parce qu'on souhaite maîtriser les étapes de son installation, il peut être intéressant de fabriquer soi-même le tableau électrique de son habitation. Pour y voir plus clair, voici quelques conseils pratiques afin de comprendre comment se compose un répartiteur et quelles sont les étapes à respecter.

Comment composer soi-même son tableau électrique

Un tableau de répartition électrique, également appelé tableau de protection, permet de centraliser tous les circuits électriques de son habitation, mais aussi d'accueillir des accessoires pour protéger l'installation et enfin de faire le lien entre les circuits et le disjoncteur général. C'est un donc un élément-clé de toute installation électrique digne de ce nom.

Pourquoi fabriquer son propre tableau électrique ?

L'intérêt de composer soi-même son tableau de répartition est de prévoir ainsi au maximum tous les modules nécessaires à sa propre installation. En réfléchissant à son schéma électrique et en concevant les circuits, on peut installer les modules nécessaires au bon fonctionnement de toute l'installation : interrupteurs, contacteurs, disjoncteurs, transformateurs, télérupteurs, parafoudres et autres horloges programmables.

Cela permet aussi de réaliser des économies substantielles sur les accessoires du tableau et d'éviter l'intervention d'un électricien. Mais si l'électricité est réalisable seul (il suffit d'avoir le niveau qu'on apprend à l'école en physique pour n'avoir aucune contrainte technique), il est recommandé de procéder à une remise à niveau ainsi qu'à une consolidation des connaissances avec des tutos disponibles sur le net. Par exemple, la liaison équipotentielle de la terre doit être bien appréhendée pour appliquer la norme correctement. Toutefois, pour des raisons de sécurité et de respect des normes, si vous n'avez pas les connaissances de base nécessaires à de tels travaux, faites appel à un professionnel.

Évaluer correctement la taille de son tableau

Avant de vous lancer dans les branchements, il va falloir connaître l'encombrement de votre tableau électrique et donc le nombre de modules.

Tout d'abord, sachez que vous avez le choix entre un tableau "à équiper" et une version "pré-équipée". Le premier est un simple coffret, fourni avec un bornier de terre à connexion automatique et des borniers phase et neutre, ainsi que des obturateurs. Il vous faudra donc intégrer les modules et les éléments d'alimentation. Le second modèle possède déjà plusieurs organes de protection. La pose d'un tel tableau est donc non seulement plus facile mais aussi plus sûre.

Toutefois, sachez qu'il ne faut pas systématiquement préférer les tableaux pré-équipés car ceux-ci contiennent parfois le minimum, à savoir l'utilisation d'interrupteurs différentiels (ID) de type A et AC, en suivant le caractère obligatoire de la norme. Or vu les différences de prix des équipements aujourd'hui, il est recommandé de ne prendre que des ID de type A qui gèrent l'ensemble des courts-circuits.

Ces deux modèles de tableau électrique existent en plusieurs tailles (généralement 3 par version, selon les fabricants). Vous devez donc lister les modules indispensables à votre installation pour faire le bon choix. Par principe, il est d'usage de choisir un coffret susceptible d'accueillir 20 à 30% de modules en plus par rapport à ses besoins, afin de prévoir de la place en cas d'extension ou de travaux futurs.

coffret électrique

Les étapes de la conception de son tableau électrique

Commencez par établir un plan architectural de votre logement. Pour ce faire, vous devez répertorier tous les éléments électriques qui s'y trouvent : prises de courant 16A, prises spécialisées, points lumineux, chauffages électriques, volets roulants, chaudière, VMC etc. Puis, regroupez ces éléments et comptabilisez le nombre de disjoncteurs divisionnaires. Déterminez ensuite les protections différentielles et enfin, réalisez concrètement le plan du tableau.

Attention à bien isoler les éléments des salles d'eau : par précaution, on préférera prévoir une protection pour chaque type d'éléments de la salle de bain : un disjoncteur pour les prises, un autre pour les points lumineux, un autre encore pour le sèche-serviette… Pour le reste de l'habitation, groupez les autres éléments par type : les appareils de chauffe, les points de lumière, les prises de conforts, les volets roulants…, tout en veillant à un certain équilibre afin de garantir un fonctionnement minimal en cas de problème. Par exemple, ne pas mettre tous les appareils de chauffe sur le même disjoncteur, car en cas de défaillance d'un appareil, c'est tout le chauffage de la maison qui sera coupé.

Concernant les protections différentielles dans le tableau électrique, il faudra respecter un nombre minimum selon la taille du logement.

Enfin, pour ce qui est du matériel nécessaire, il existe deux solutions. La première, celle d'un bon bricoleur, est d'avoir du papier et un crayon, mais aussi un tableur informatique et éventuellement un logiciel de présentation pour dessiner des schémas. La seconde, plus professionnelle, est de disposer d'un logiciel dédié qui permet de réaliser le plan architectural et le plan du tableau électrique.

Il ne vous restera plus qu'à acheter les modules nécessaires dans un magasin spécialisé et à retrousser vos manches.

Le respect des normes de sécurité

Évidemment, tous ces travaux électriques doivent être encadrés par un strict respect des normes, à commencer par la norme NF C 15-100 qui établit les règles de sécurité de base et garantit la fiabilité de votre installation. Concernant le tableau électrique, cette norme impose, par exemple, le logement du tableau dans une gaine technique de logement (GTL). Il convient donc de respecter l'ensemble des éléments de la norme NF C15-100, y compris la courbure des câbles dans le tableau.

Précisons que nous avons tous le droit de changer notre tableau électrique en tant que particulier, mais interdiction de toucher à l'ID 500 mA du fournisseur d'électricité. De même, si nous comptons déplacer le tableau existant, nous devons alors refaire la visite du Consuel (contrôle officiel des installations électriques et vérification des normes). Évidemment si c'est pour une construction, le Consuel est obligatoire.

>> A LIRE AUSSI : Pourquoi faut-il prévoir un coffret de communication ?

Par

Mis à jour le

A lire ailleurs