Du cuir partout dans la maison

Le cuir est sûrement la matière la plus ancienne travaillée par l’Homme. Alliant durabilité et multiples touchés (dur, souple, doux, rugueux, lisse), il peut être utilisé aussi bien dans l’habillement pour confectionner vêtements et accessoires, que dans l’armurerie et l’ameublement pour fabriquer équipements et meubles en tout genre.

Du cuir partout dans la maisonPhoto: 123RF

D’origine animale, le cuir naturel est obtenu par transformation de la peau de grands animaux (généralement de bovidé, de porcin, de cervidé, ou d’ovin, etc.), de reptiles (serpents, crocodiles, etc.) voire de poissons (requins, raies, etc.). Ses propriétés font que son utilisation est quasi universelle.

L’utilisation du cuir

Si l’on remonte à l’origine de l’utilisation du cuir, on arrivera aux alentours de 3000 avant JC. Le cuir est la première matière que les hommes ont revêtue : ils ont utilisé la peau des animaux tués à la chasse après les avoir, semble-t-il, exposés à la fumée pour les rendre imputrescibles. Le cuir les protégeait ainsi du froid et des morsures.

Les Égyptiens découvrirent assez tôt que le cuir pouvait se porter en armure pour se protéger des flèches, qu’il pouvait servir dans l’ameublement, dans l’aménagement des tentes et dans les arts. Au 15ème Siècle en Espagne, il était déjà utilisé pour confectionner des fauteuils et des canapés, mais aussi des revêtements muraux. Au 16ème Siècle, les tuniques et chapeaux en cuir devinrent à la mode. Au fil du temps, son utilisation s’est élargie et on lui trouva moult utilités : selles de cheval, bourses et gourdes, fouets, chaussures et gants, etc. Résistant, le cuir offrait la possibilité de créer des objets durables et pratiques à la fois.

Aujourd'hui, outre l'habillement, le cuir rentre dans les maisons principalement par le biais des meubles de salon, à commencer par les canapés et fauteuils.

Les animaux à l’origine du cuir

Différents animaux peuvent fournir du cuir. Tous ne se valent pas et très certainement ne conviennent pas à toutes les utilisations. Les bovins restent les plus exploités, notamment la vachette qui donne un cuir résistant et particulièrement lisse, parfait pour des vestes et des pantalons légers. Leur cuir est également celui qui convient le mieux à l’ameublement. Le cuir d’agneau, quant à lui, est souple, fin et brillant, c'est un cuir doux qui fait les meilleures pièces de vêtements et d’accessoires. Côté accessoire justement, la peau de chevreau est la plus adaptée puisqu’elle offre un cuir très souple et donc facile à manipuler.

Les progrès faits en tannage ont permis d’exploiter d’autres cuirs, pour le plus grand bonheur de l’industrie du luxe. Ces cuirs exotiques sont faits à partir de peaux de saumon, d’autruche, d’éléphant et même de dauphin. Le cuir de python ou d’anaconda est utilisé dans la maroquinerie haut de gamme, ainsi que celui d’alligator. Le galuchat (cuir de requin ou de raie à longue queue) est davantage utilisé pour les accessoires (boites, fourreaux, bracelets de montre, etc.).

Les différentes qualités du cuir

Peu importe le type de cuir que vous aurez choisi, sa qualité tournera toujours autour de trois finitions différentes. Le plus doux, et l'un des plus chers, est le cuir plongé ou pleine fleur aniline. C’est un cuir au grain naturel qui a conservé toute sa surface d’origine. Il est très doux au toucher mais aussi très fragile.

S’ensuit le cuir pleine fleur pigmenté qui, pour masquer quelques imperfections du cuir, a été plus ou moins teinté. Il a donc un aspect moins « naturel » que l’aniline (quoique gardant encore la totalité de sa fleur) mais reste quand même assez fragile.

Enfin, il existe le cuir fleur rectifié, qui lui est poncé pour gommer les imperfections du cuir et uniformiser sa surface. Il est ensuite enduit d’une couche protectrice qui va également unifier ses couleurs. On obtient ainsi un cuir résistant et facile à entretenir.

Publié le 05/03/2014, par Emilie Parker

"Parce que la vie est précieuse, j'en profite chaque jour et vous livre mes petits bonheurs."