Etre moins exigeant avec soi-même pour être plus heureux

Avoir de l'ambition et viser haut, c'est bien pour avancer. Mais pour être en paix avec soi-même, il faut parfois lâcher du lest et accepter d'attendre moins.

Etre moins exigeant avec soi-même pour être plus heureux

Si l'on en croit les magazines, il faut être mince, faire du sport trois fois par semaine, manger sainement (selon la mode en cours cette semaine-là), être un bon parent, un bon amant, un bon ami, être compréhensif envers ses parents, faire plusieurs activités de loisirs, et en vouloir toujours plus au boulot.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais personnellement, le simple fait de lire cette liste m'épuise. Et si on prenait un peu de recul ?

Apprendre à être plus indulgent avec soi-même

Si vous commenciez par accepter de ne pas être parfait ? De ne pas pouvoir réussir dans tous les domaines ? Ou, plus important, de ne pas en avoir envie ? Difficile, surtout sans culpabiliser. C'est peut-être enfoncer une porte ouverte, mais il est nécessaire de le répéter : on ne peut pas être doué partout.

Loin de moi l'idée d'encourager un sentiment d'échec basé sur une évaluation négative de soi-même. Mais faire une liste de ce qu'on "devrait" faire, et chercher les raisons pour lesquelles on n'y parvient pas, peut aider à mieux se connaître et à réfléchir sur leur importance, pour les autres mais avant tout pour soi-même. Ne pas avoir envie de suivre le régime végan conseillé par votre meilleur ami, car vous aimez trop le fromage, fait-il de vous une mauvaise personne ? Non. Le véganisme est un régime auquel on adhère ou non. Ne pas se sentir le courage d'aller courir après une journée harassante fait-il de vous une personne fainéante ? Non, votre corps a le droit d'être fatigué. Passer une journée à ne rien faire vous rend malade de culpabilité ? Essayez de vous détendre, en pratiquant par exemple la méditation.

Il y a suffisamment de choses que l'on doit faire sans en avoir envie. Ne vous en rajoutez pas. Trouvez plutôt ce qui vous plait vraiment, et ne vous sentez pas mal si vous n'y arrivez pas tout de suite, ou si vous avez un passage à vide. Soyez plus indulgent avec vous-même, vous avez le droit d'être fatigué, de ne pas être d'humeur, ou tout simplement de ne pas en avoir envie.

Abaisser ses attentes

De la même manière, il est important de réfléchir aux attentes que l'on peut avoir par rapport au travail ou aux activités que l'on pratique. Sont-elles réalistes ? Y consacrez-vous suffisamment de temps et d'énergie pour obtenir les résultats que vous recherchez ? Si non, est-ce que c'est vraiment ce que vous souhaitez ?

Quant à vos attentes envers les autres, d'où viennent-elles ? Sont-elles là pour vous conforter dans une image de vous-même ? En avez-vous vraiment besoin ? Faire une liste de ce qu'on attend, et surtout pourquoi, peut vous aider à y voir plus clair et à faire le tri dans ce qui est important, et ce qui ne l'est pas vraiment.

Être mieux avec soi-même et avec les autres

Accepter ses faiblesses ouvre deux options : soit on fait son deuil de quelque chose ; soit on prend ces faiblesses en compte et on accepte d'être plus lent pour réussir ce qu'on entreprend. Dans tous les cas, se battre vainement contre elles revient à dépenser de l'énergie vainement et à se focaliser sur quelque chose de négatif. Mieux vaut utiliser cette énergie à faire une liste de ses points forts et les travailler, pour développer ainsi des talents qu'on ne croyait peut-être pas avoir.

Être plus compréhensif avec soi-même amène à être plus compréhensif avec autrui, en étant plus détendu et plus à l'écoute des forces et des faiblesses des gens autour de soi. S'accepter tel qu'on est, et accepter les autres tels qu'ils sont, est le premier pas sur le chemin de la sérénité.

Par

Publié le

A lire ailleurs