Moins râler pour plus de bien-être !

Râler est l'une de nos spécialités et on estime le nombre de plaintes quotidiennes à 15-30 par jour. Pourtant, ces ronchonnements incessants ne nous font pas du bien, puisqu'elles nous plongent dans un cercle de négativité dont il est difficile de se sortir. Pour plus de bien-être, analysons les causes de ce comportement et voyons quelques conseils pour le modifier.

Moins râler pour plus de bien-être !

Chaque jour, on peut trouver de nombreux motifs pour râler : un chef pénible au travail, une grève dans les transports, un service qui laisse à désirer au restaurant, un comportement incivique… Cette mauvaise habitude n'est pas anodine, et en plus de s'avérer agaçante pour les autres, elle vous empêche d'être pleinement heureux.

Il existe pourtant des astuces pour apprendre à positiver.

Pourquoi se plaint-on au quotidien ?

Que celui qui n'a jamais râlé inutilement lève la main. Personne ? Face aux ronchonnements et aux plaintes quotidiennes, nous sommes tous égaux, même si certains individus auront tendance à se plaindre plus que d'autres. Mais d'où provient cette habitude d'émettre, souvent à haute voix, des critiques pas forcément constructives sur ce qui nous entoure ?

On râle pour exprimer une frustration, vis-à-vis de détails de notre vie qui ne sont pas en adéquation avec l'image parfaite qu'on s'en fait. Par exemple, vous aimeriez ne pas faire la queue au supermarché durant vos courses, mais il y a du monde. Vous pestez donc, sans avoir conscience que vous faites partie du problème. Idem pour les plaintes en voiture, coincé dans un embouteillage.

Bien souvent, on ne se rend pas compte du nombre de lamentations quotidiennes que l'on impose aux autres. En prenant conscience de ces plaintes, on fait déjà un pas vers une amélioration comportementale, nécessaire pour ne pas tomber dans une spirale négative permanente.

Râler, une mauvaise habitude qui vous fait du mal

À force de râler pour un oui ou pour un non, on finit par ne voir que le mauvais côté des choses. Au lieu de se dire que malgré le serveur maladroit du restaurant, la nourriture était excellente, on préférera ne se souvenir que du négatif.

On retrouve ces plaintes à tous les niveaux - en famille, entre amis, au travail, en vacances – et sans véritablement en être conscient, on s'empoisonne la vie petit à petit. L'insatisfaction entraîne l'insatisfaction et cela peut générer de gros problèmes avec vos proches, qui finiront pas vous trouver bien trop négatif.

Râler peut faire du bien, par moment et à petite dose, et servir de brise-glace social. Critiquer une décision politique ou fustiger la météo permet d'engager la conversation et aide les plus timides à se forger un caractère. Mais à plus forte dose, c'est un véritable frein au bonheur qu'il est préférable de laisser de côté.

Pour gagner en positivité et améliorer votre humeur quotidienne, il y a quelques solutions à appliquer.

fille heureuse

Conseils pour arrêter de ronchonner et gagner en bien-être

On vous reproche de trop vous plaindre, ou vous vous êtes vous-même rendu compte de ce trop-plein de pensées négatives ? Prenez les choses en main, en effectuant un travail sur vous qui ne sera pas aussi difficile que vous ne l'imaginez.

D'abord, il est bon de s'auto-analyser. À chaque lamentation, notez dans un carnet ou sur votre smartphone que vous avez ronchonné, et inscrivez également la raison. Le chiffre final pourrait faire un électrochoc, tout comme la futilité de vos plaintes.

Ensuite, il est important de prendre vos habitudes à contre-pied, en mentionnant le positif d'une situation plutôt que le négatif que vous percevez. En appliquant ce conseil, vous ne tarderez pas à voir que votre monde n'est pas si noir et vous vous sentirez plus léger.

Enfin, ne soyez pas trop radical ! Râler en permanence est un véritable obstacle au bonheur, mais pousser un petit coup de gueule de temps à autre, surtout si cela fait partie de votre ADN, vous fera du bien.

On ne change pas en un jour, alors autant commencer à positiver le plus tôt possible !

Par

Publié le

A lire ailleurs