Devenir propriétaire avec le crowdfunding immobilier

Le financement participatif a gagné le monde de l'immobilier. Dénommée "crowdfunding", cette technique permet d'accéder à la propriété en court-circuitant les services bancaires et leurs contraintes. Revêtant des formes assez diverses, ce financement demande de s'appuyer sur des plate-formes spécialisées, ayant chacune leurs avantages et leurs limites.

Devenir propriétaire avec le crowdfunding immobilier

Réunir l'argent nécessaire pour acheter un bien immobilier n'est pas toujours une chose aisée. A moins de disposer de la somme intégrale, le financement de son logement ressemble à un parcours du combattant. La première solution qui vient à l'esprit est d'avoir recours au crédit bancaire. Une solution compliquée pour les acheteurs qui disposent d'un revenu insuffisant et qui ont du mal à obtenir un prêt en raison de leur insolvabilité.

Avec l'avènement du Crowdfunding, l'achat de sa maison ou de son appartement entre dans une nouvelle ère. Également appelé financement participatif ou encore sociofinancement, le Crowdfunding est une pratique qui consiste à solliciter un grand nombre de personnes pour obtenir le financement d'un projet. Ce que l'on sait moins, c'est qu'il peut aussi s'appliquer aux achats immobiliers.

Les différentes formes de crowdfunding

Il existe trois types de financement participatif :

> Le don : c'est une participation avec ou sans contrepartie. Il peut provenir d'une personne physique ou d'une personne morale (entreprise, association...). Lorsque le don possède une contrepartie, on parle de récompense. Dans cette hypothèse, le donateur reçoit quelque chose en retour.
> Le prêt ou crowdlending : dans cette forme de Crowdfunding, l'emprunteur s'adresse à plusieurs prêteurs pour obtenir un financement. Les prêteurs contribuent en fonction de leur moyen et doivent être remboursés par l'emprunteur à une date consentie par toutes les parties et indiqué dans un contrat.
> L'investissement : ici, les personnes qui financent un projet deviennent ipso facto des actionnaires. Ils disposent d'un droit de vote, d'un droit de regard et même d'une partie des bénéfices sur les capitaux. L'investissement revêt trois formes : le volet Obligation, le volet Equity et le volet Royalty.

Où peut-on faire du crowdfunding ?

Plusieurs plateformes ont été spécialement conçues pour effectuer des prêts en ligne. Certaines d'entre elles fournissent des services de paiement, à condition d'être agréées par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de résolution. Parmi les plateformes de crowdfunding, citons :

> Les plateformes de prêt: Hellomerci, Babyloan, Unilend, Homunity, Lymo, Fundimmo, Koregraf...

> Les plateformes de financement sans contrepartie : Babeldoor, Kisskissbankbank, Ulule, Zentreprendre, Reservoirfunds, notrepetiteentreprise…

Par ailleurs, vous trouverez des plateformes hybrides qui intègrent en même temps les services de don, de prêt et d'investissement, comme les sites Fondatio ou Mynewstartup.

Avantages et limites du crowdfunding

Le crowdfunding est un mode de financement qui permet d'obtenir de l'argent sans passer par une banque et ceci de manière assez rapide, surtout lorsqu'il s'agit d'un petit projet. Elle crée de la solidarité entre les parties au contrat. Ce qui peut être profitable pour le financement d'autres projets futurs. Vous êtes exempt de tout engagement s'il s'agit d'un don sans contrepartie.

En revanche, sous forme de prêt, c'est un instrument de financement qui a ses inconvénients. Comme pour tout type de crédit, il peut s'avérer épineux pour ceux qui n'ont pas assez de moyens financiers au moment du remboursement. En outre, le sens de la propriété est mis à mal par le fait que les prêteurs ont des droits sur les capitaux du projet qu'ils ont financé. Enfin, les plateformes de crowdfunding sont assez coûteuses et prélèvent des commissions pouvant aller de 4 à 12 %.

Par

Publié le

A lire ailleurs