Une maison par jour : le défi du constructeur Icon

Publié le , par Charles Lorrain
Une maison par jour : le défi du constructeur Icon

Prenons d’un côté l’association caritative New Story dont l’objet est de fournir un toit à des sans-abris, essentiellement dans des pays pauvres comme Haïti, le Mexique, le Salvador ou la Bolivie.

Prenons d’un autre côté Icon, une société spécialisée dans les technologies de construction qui a trouvé un moyen de construire une maison grâce aux technologies d’impression 3D.

Le résultat ? Un programme détonnant pour loger potentiellement des milliers de personnes dans le monde pour un prix défiant toute concurrence : la maison construite par une imprimante 3D.

Le premier prototype vient d’être construit à Austin, au Texas. Le matériel utilisé est une imprimante 3D Vulcan I développée par un des fondateurs d’Icon, l’ingénieur Alex Le Roux. Elle utilise un béton spécial qui durcit au fur et à mesure de l’impression. Le prototype de 32m² a nécessité 48 heures d’impression pour un prix de 10.000 dollars. Cependant, si cette technologie se développe, le prix pourrait baisser à 4.000$ (soit 3400 €), le temps nécessaire à 24 heures et la surface passer à 74m² une fois que l’imprimante 3D Vulcan II sera opérationnelle.

Un autre des avantages de ce dispositif, en plus de sa rapidité et de son prix compétitif, réside en la possibilité de personnalisation. Cependant, l’impression 3D ne prend en charge que les parties en béton. Le terrassement et tous les équipements (toit, plomberie, électricité...) devront être réalisés "à l’ancienne" par des artisans.

Les ambitions de New Story consistent à réaliser des lotissements dans les pays pauvres. L’imprimante 3D Vulcan, installée sur des rails, pourrait les construire à la chaîne. Les fonds disponibles jusqu’à présent n’ont permis de réaliser qu’une seule maison, mais les appels de fonds de l'association laissent espérer la construction du premier quartier imprimé en 3D au monde. 100 maisons pourraient ainsi s’élever au Salvador dès le deuxième semestre 2019.

Mais l’ambition d’Icon a aussi peu de limites que l’espace interstellaire : la société s’associe avec d’autres entreprises de la Silicon Valley afin de concevoir l’impression 3D dans l’espace, sur Mars ou ailleurs, pour les futurs voyageurs spatiaux.