Une maison en terre imprimée en 3D et accessible à tous

Une maison en terre imprimée en 3D et accessible à tous

Une société italienne a inventé un procédé permettant non plus de construire, mais d'imprimer une maison, le tout avec juste de la terre.

L'impression 3D n'est plus une nouveauté et il faut reconnaître que la technologie a beaucoup évolué depuis son apparition au début des années 2000. Imprimer sa maison n'est ainsi plus vraiment inédit, et depuis le temps, même les logements sociaux s'y sont mis. Mais là où WASP (World's Advanced Saving Project), une société italienne spécialisée dans l'impression 3D, se démarque, c'est dans la matière première utilisée : la terre.

Exit donc le ciment, les fibres de verre et autres polymères, le système développé par WASP, baptisé CRANE, se contente de la bonne vieille terre qu'on trouve partout sous nos pieds. Il se compose de grues synchronisées capables de déposer le matériau au millimètre et au gramme près pour donner forme à la maison. Cette dernière, appelée TECLA (TEChnology and CLAy), est alors imprimée de bas en haut et peut, techniquement, prendre n'importe quelle forme que l'on souhaite. Dans l'absolu toutefois, il faudra tout de même respecter des contraintes précises dues au matériau, mais aussi aux paramètres environnementaux.

Les murs doivent par exemple être spécialement épais afin d'assurer une parfaite isolation thermique et phonique tout en assurant l'équilibre hygrométrique en leur intérieur. Hors de question également de penser à mettre ne serait-ce qu'un étage, cela fragiliserait trop l'ensemble. D'ailleurs, la forme de l'habitation ainsi que l'intérieur des murs doivent également être conçus de sorte à en renforcer sa structure.

maison TECLA

Au final, une TECLA ressemble plus à un nid de guêpe maçonne qu'à un pavillon de banlieue, mais Massimo Moretti, fondateur de WASP, l'assure : les possibilités sont infinies du moment que ces exigences sont respectées.

Concrètement, une TECLA peut être construite en 200 heures sans qu'aucune main-d'œuvre spécialisée ne soit nécessaire. La maison est alors formée de 150 km d'extrusion pour un total de 60 mètres cubes de matériaux naturels utilisés et une consommation moyenne de 6 kW d'énergie. Là se situe effectivement l'autre argument de cette maison en terre : elle est durable et écologique !

TECLA n'en est encore qu'à ses débuts et aucun prix n'a encore été communiqué par WASP. Ce dernier promet toutefois que le tarif ne sera pas un obstacle grâce au coût déjà compétitif de l'impression 3D.

Par

Publié le

A lire ailleurs