Les moules à gâteaux dangereux pour la santé ?

Les moules à gâteaux dangereux pour la santé ?

C'est une fois de plus à "60 millions de consommateurs" que nous devons cette excellente enquête. L'association, après avoir alerté la population sur la présence de substances chimiques dans les couches des bébés, nous met aujourd'hui en garde contre les moules à gâteaux.

Si les cuisiniers en herbe sont vigilants sur les produits qu'ils utilisent dans leurs préparations, peut-être ne savent-ils pas que des substances toxiques peuvent aussi migrer des moules vers les aliments et mettre en danger notre santé. C'est ce que nous révèle aujourd'hui l'association qui a mis à l'épreuve des enseignes très connues commercialisant ce genre de produits. Elle a ainsi testé les moules à gâteaux en silicone de neuf marques : Ikea, Tefal, Hema, Carrefour Home, Guy Degrenne, Zodio, Gifi, Mastrad et De Buyer.

Verdict ? Trois d'entre eux (moules à madeleines de Zodio, Bake Me de Gifi et moules de De Buyer) pourraient s'avérer dangereux pour la santé des utilisateurs réguliers, puisqu'ils libéreraient des substances toxiques dans les aliments. Ce phénomène s'observe notamment lors de la cuisson ou au contact de corps gras tels que l'huile.

Du côté des ustensiles en métal dont le revêtement adhésif est souvent accusé d'être nocif pour la santé, les produits testés s'en sortent un peu mieux. Les moules de neuf enseignes ont été analysés et pour sept d'entre elles aucun problème n'est à signaler. Le réel problème des moules en métal se situe ailleurs. C'est en effet lorsqu'ils deviennent abîmés qu'une migration de fer et d'aluminium dans les aliments risque de se produire.

L'association conseille alors de veiller à ne pas les rayer. Évitez ainsi de découper les gâteaux directement dans le plat, de donner des coups de fourchette dedans ou de "gratter" le fond pour en décoller les résidus lors du lavage. Et lorsqu'ils seront malgré tout abîmés, il vous faudra impérativement les remplacer pour protéger votre santé.

Par

Publié le

A lire ailleurs