Garder ses petits-enfants allongerait l'espérance de vie

Garder ses petits-enfants allongerait l'espérance de vie

Les vacances, les week-ends, les mercredis après-midi, bon nombre de grands-parents endossent leur costume de super nanny pour le plus grand plaisir, très souvent, de leurs petits-enfants.

Ce lien unique est si fort qu'il permettrait même aux aînés de gagner en espérance de vie. C'est en tout cas ce que semble indiquer cette étude menée à l'Université d'Edith Cowan en Australie.

Durant près de 20 ans, entre 1990 et 2009, les chercheurs ont ainsi récolté des données auprès de 500 personnes âgées de 70 à 103 ans. Ils se sont alors aperçus que s'occuper de ses petits-enfants était lié à une augmentation de l'espérance de vie. Ainsi, 50% des personnes qui ne gardaient pas leurs petits-enfants sont décédés dans les cinq années suivant le premier entretien avec les scientifiques. En revanche, 50% de celles qui les gardaient de temps à autre étaient encore en vie 10 ans après le début de l'étude.

Les chercheurs estiment ainsi que ces individus gagneraient en moyenne 5 ans d'espérance de vie. Une incroyable découverte qu'ils attribueraient à une hormone un peu spéciale : l'ocytocine. S'occuper de ses proches et tisser du lien avec eux permettrait ainsi de libérer de l'ocytocine aussi appelée "hormone de l'amour". Celle-ci décrite comme la pire ennemie du stress protégerait alors la santé des aînés.

Mais que les personnes qui n'ont pas de petits-enfants se rassurent. Des résultats similaires ont pu être observés chez des gens s'occupant d'autres proches ou de personnes de la communauté, dans des associations par exemple. On le sait en effet, outre le fait que s'investir dans des associations aide à rester actif physiquement, c'est aussi une formidable manière de tisser du lien social et de mettre un terme à l'isolement dont beaucoup de seniors souffrent. Preuve s'il en fallait encore que lorsqu'on donne, on reçoit en retour.

Par

Publié le

A lire ailleurs