Enchères dégressives, l'idée folle pour vendre une maison

Publié le , par Carole Guidon
Enchères dégressives, l'idée folle pour vendre une maison

Jeudi 20 juillet avait lieu une vente immobilière d'un genre nouveau, qui révolutionnera peut-être à terme les transactions immobilières. Deux notaires nantais, Eliott Godet et Alexandre Hottiaux ont en effet eu une idée folle : organiser une vente aux enchères inversée.

S'il n'est pas rare de vendre un bien immobilier aux enchères, ici les règles du jeu ont été totalement bousculées. Le prix du corps de ferme situé à Pont-Saint-Martin était de 510.000 euros au départ, mais au lieu d'augmenter, comme c'est le cas dans une vente aux enchères traditionnelles, le montant du bien était régulièrement revu à la baisse.

Le prix du corps de ferme de 240 mètres carrés diminuait en effet de 2250 euros toutes les 30 secondes et ce, pendant 20 minutes. On pouvait ainsi espérer bénéficier d'une remise allant jusqu'à 90 000 euros soit 17% du prix du bien tout de même. Une sacrée affaire !

Ce style de vente assez nouveau dans le monde de l'immobilier est bien connu sur le marché agricole. C'est ce que l'on appelle une "vente au cadran", qui a d'ailleurs donné son nom au site Kadran sur lequel était vendu le bien. Si cette façon d'acheter une maison ou un appartement peut sembler intéressante d'un point de vue financier, on imagine aisément l'état de tension extrême dans lequel devaient se trouver les acheteurs face à leur écran.

Qui cliquera le premier ? Jusqu'à quel palier laisser descendre le prix du bien avant que celui-ci ne me passe sous le nez ? Mieux vaut avoir les nerfs solides et le cœur bien accroché quand on se lance dans un type de vente pareil. Reste à savoir maintenant si la vente au cadran va se généraliser...