Le Bonsaï : histoire millénaire de cet arbre miniature

Les adeptes d'horticulture et les passionnés d'arts nippons connaissent certainement les arbustes qu'on l'on nomme bonsaï. Ces arbres en modèles réduits proviennent d'une longue tradition asiatique qui les a vus naître en Chine, avant de conquérir le monde. Revenons sur la signification de ce terme et le but à atteindre quand on s'adonne à la culture des bonsaï.

Le Bonsaï : histoire millénaire de cet arbre miniature

Le Bonsaï est un arbre qui reste miniature, suite à un entretien méticuleux qui permet de le modeler et de l'empêcher de croître. Cet art esthétique très populaire au Japon n'est pourtant pas né au pays du soleil levant mais en Chine, avec une activité qui consistait à recréer un paysage dans un pot.

Le bonsaï a ensuite voyagé à travers le Japon, la Corée et le Vietnam, pour devenir une pratique qui a fait de nombreux adeptes autour du globe.

Un arbre dans un pot

Le terme bonsaï est un mot japonais qui dérive lui-même du terme chinois pénzāi qui signifie "s'occuper d'une plante dans un pot". Toutefois, c'est à la pratique du Penjing que l'on doit la naissance de ce mot.

En chinois, le Penjing, c'est le paysage en pot. De ce terme, qui correspond à une imitation de paysages naturels et qui inclut des arbustes mais également des pierres symbolisant les montagnes et les falaises, on a créé le mot pénzāi. Les Japonais ont choisi deux kanji pour créer le mot bonsaï et lui donner la signification souhaitée :

> (bon), qui désigne un récipient, un pot ou un bassin ;
> (sai), qui désigne toutes les plantes qui sont cultivées et plantées dans le sol.

On prononce bien bon-saï et non "bonzaï" comme c'est souvent le cas en français, et la signification du terme ne laisse place à aucun doute : il s'agit d'une plante qu'on va cultiver dans un récipient. Une définition assez vaste, pour un art esthétique pourtant très précis.

De la Chine au Japon, voyage d'un arbre miniature

Comme nous l'avons esquissé, c'est bien en Chine qu'est né l'art du bonsaï dans sa forme première. Mais avant cela, il faut rappeler que les Chinois n'ont pas inventé la culture des plantes en pots. On doit cette pratique aux Égyptiens, qui pour des raisons de commodités faisaient grandir leurs plantes et arbres dans des pots afin de les transporter plus aisément.

Dans la tradition millénaire chinoise, imiter la nature en créant des reproductions fidèles mais de tailles réduites permettait à une personne de communier avec les éléments naturels (montagnes, arbres, rivières…) et de bénéficier de leurs pouvoirs.

Et dès le 3e siècle, la pratique du pénzāi s'étend dans le pays mais reste réservée à l'élite. Ce n'est qu'aux alentours du XIIe siècle que l'influence chinoise s'étend au Japon et que cet art du bonsaï débarque, auréolé du statut d'objet de raffinement absolu pour les nobles de l'époque. Combiné au Bouddhisme, il se développe dans le pays une forme atypique de ces arbres miniatures, qui s'éloigne de l'art originel.

Quand le Japon s'ouvre au monde en 1868, les visiteurs découvrent ces arbres miniatures et parfois centenaires, qui représentent pour eux l'élégance nippone. Petit à petit, ces arbustes passent du statut d‘objet artistique élitiste à celui de passe-temps pour le 3ème âge, avant de finalement acquérir une place à part dans les arts horticoles. De nos jours, avec une diffusion dans le monde entier et de nombreux ouvrages spécialisés, les amateurs de bonsaï se comptent par milliers.

Bonsai

Pratiquer l'art du bonsaï pour une atmosphère apaisée

Le bonsaï demande de l'attention et un entretien minutieux. Il existe de nombreuses techniques de coupe, de taille et chaque partie de l'arbuste sera traitée indépendamment dans un processus de miniaturisation qui, rappelons-le, est essentiel ! Sans ce travail, votre arbre grandira comme un autre.

Selon le style pour lequel vous aurez opté et l'arbre choisi (car bien que certains soient plus populaires que d'autres pour la pratique de cet art, comme le pin noir ou l'érable japonais, on peut faire un bonsaï de n'importe quelle espèce), vous pourrez bénéficier des différents effets recherchés par cette forme de culture : esthétisme, raffinement, bien-être et le développement d'une sensibilité artistique que vous ne soupçonnez peut-être pas chez vous.

Munissez-vous de vos mini-ciseaux, pinces de rognage, coupes-feuilles et crochets à racine, et embarquez dans cette belle aventure qu'est la culture d'un bonsaï.

Par

Publié le