7 appareils qui consomment trop chez soi et comment les maîtriser

Que l'on veuille sauver la planète ou faire des économies, limiter sa consommation d'électricité est toujours intéressant. Pour ce faire, pas de secret, il faut partir à la chasse aux appareils énergivores et leur damner le pion.

7 appareils qui consomment trop chez soi et comment les maîtriser

Avec un coût de l'énergie qui ne cesse d'augmenter au fil des années, réduire sa consommation d'électricité est une démarche aussi bien économique qu'écologique. C'est d'autant plus intéressant qu'il n'est en fait pas si difficile que ça de maîtriser cette consommation : il suffit d'identifier les appareils consommant trop et d'en limiter l'usage.

Voici donc les 7 appareils les plus énergivores que l'on a chez soi et qu'il faudra mettre au régime.

Le chauffage électrique

Pris à l'échelle de toute la France, le chauffage électrique constitue 27,6% de l'utilisation de l'électricité des ménages et représente jusqu'à 40% de la consommation d'un foyer en hiver (1). Évidemment, cela varie selon les régions, mais vous avez saisi l'idée : il faut maîtriser son chauffage !

Pour commencer, vous pouvez chauffer les pièces au cas par cas puisque forcément, il y en aura toujours certaines que vous fréquenterez moins souvent que les autres. Par exemple, les chambres peuvent rester à 17°C alors que le salon, pièce à vivre par excellence, peut monter à 20°C. En outre, chaque degré en moins va diminuer votre consommation de 7 % (1). Et si vous avez besoin de motivation, dîtes-vous que baisser le chauffage vous aide à garder la ligne !

Vous pouvez également installer un thermostat programmable afin de réduire, voire d'arrêter complètement le chauffage quand il n'y a personne à la maison. Il pourra alors le relancer avant que vous ne rentriez du travail. Mieux, vous pouvez aussi sauter le pas de la domotique et vous laisser émerveiller par les prouesses d'un chauffage intelligent : prise en compte de la température extérieure, chauffage affiné à l'heure près, prise en compte du nombre de personnes présentes... et tout cela automatiquement !

Enfin, il ne faut pas oublier que plusieurs petites astuces permettent de se réchauffer sans allumer le chauffage. À utiliser sans modération.

Le chauffe-eau

Difficile de se priver de ce confort, surtout en hiver, et pourtant l'eau chaude sanitaire représenterait environ 11 % des dépenses énergétiques d'un logement (1). Le secret pour réduire cette consommation est très simple : n'utiliser de l'eau chaude que quand c'est nécessaire, à savoir, pour se doucher. Les légumes, les verres et même les mains peuvent très bien se laver à l'eau froide.

Sous la douche, vous pouvez aussi investir dans des mousseurs et autres douchettes économes pour consommer moins. À savoir que ces dernières peuvent économiser jusqu'à 75 % d'eau (1), ce qui inclut évidemment l'eau chaude.

Baisser la température du ballon est également efficace pour moins consommer avec son chauffe-eau. Une température entre 55 et 60°C est suffisante, à la fois pour éviter la prolifération des bactéries et pour être confortable. Et n'hésitez pas à profiter des heures creuses si vous le pouvez et débranchez votre chauffe-eau en cas d'absence prolongée.

Pour terminer, jetez également un coup d'œil sur le chauffe-eau thermodynamique qui consomme 3 fois moins que son pendant électrique, mais qui n'est vraiment intéressant que sous certaines conditions.

douche

Le réfrigérateur combiné

Un réfrigérateur combiné consomme chaque année environ 2 fois plus qu'un réfrigérateur indépendant. Si vous n'avez pas grande utilité d'un congélateur, remplacer votre combiné sera ainsi plus qu'avantageux au moment de faire les comptes. Si nécessaire, profitez-en également pour le tailler à vos besoins : 100 à 150 litres pour une personne puis rajoutez 50 litres par personne supplémentaire.

Ensuite, intéressez-vous à la classe climatique de l'appareil. Il s'agit d'un libellé indiquant une fourchette de température ambiante en dehors de laquelle le réfrigérateur fonctionnera mal. Pour une consommation optimale d'un réfrigérateur, choisir la bonne classe climatique est ainsi tout aussi important que de choisir sa bonne classe énergétique. Voici les principales classes climatiques :


  • SN (tempérée élargie) : entre 10 et 32°C ;

  • N (tempérée) : entre 16 et 32°C ;

  • ST (subtropicale) : entre 16 et 38°C ;

  • T (tropicale) : entre 16 à 43°C.

À ces dernières s'ajoutent celles ci-dessous, moins usitées, mais qui n'en sont pas moins présentes sur le marché :


  • SN-T (tropicale élargie) : entre 10 et 43°C ;

  • N-T (tempérée à tropicale) : entre 16 et 43°C ;

  • SN-ST (subtropicale élargie) : entre 10 et 38°C ;

  • N-ST (tempérée à subtropicale) : entre 15 et 38°C.

Enfin, pour éviter que votre réfrigérateur ne surconsomme, pensez également :


  • à le dégivrer dès que la couche de givre atteint 2 mm ;

  • à l'éloigner de toute source de chaleur ;

  • à veiller à ce que l'air circule bien autour.

Les appareils en veille

Beaucoup d'appareils continuent d'utiliser de l'électricité même en veille. C'est le cas des téléviseurs, des ordinateurs et de leurs écrans, ainsi que des consoles de jeux. Dans la cuisine aussi, les cafetières, les fours à micro-ondes et autres petits appareils électroménagers font de la résistance. Les plus mauvais élèves sont les appareils connectés (assistants vocaux, box, etc.) qui doivent puiser plus d'énergie pour fonctionner. Pour vous donner un ordre d'idée, une box internet peut consommer autant qu'un réfrigérateur sur une année.

Pas de miracle ici, il faut débrancher les appareils pour qu'ils arrêtent d'utiliser de l'électricité. Les multiprises à interrupteur et les prises programmables vous seront ici d'une aide inestimable : les premières pour débrancher plusieurs appareils d'un coup, les secondes pour programmer leur extinction et même, suivant les modèles, leur démarrage. De quoi pouvoir éteindre la box pendant qu'on dort, tout en ayant le wifi au réveil.

prise

Le sèche-linge

Si le sèche-linge consomme autant (environ 200 kWh/an), c'est parce qu'il fonctionne par extraction thermique, autrement dit, il chauffe le linge pour le sécher. Pour éviter qu'il ne tourne longtemps, et donc pour qu'il consomme moins, une astuce toute bête consiste à essorer le linge avant de le charger : il sèchera ainsi plus vite !

Autre astuce : opter pour un modèle de sèche-linge équipé d'une sonde. Le rôle de celle-ci est alors d'arrêter la machine lorsqu'elle détecte que le séchage est terminé.

Enfin, la manière la plus imparable qui soit pour économiser sur la consommation électrique d'un sèche-linge est encore de... ne pas l'utiliser ! Quand on y pense, le séchage à l'air libre fonctionne aussi bien, tout en étant écolo.

Le lave-vaisselle

Un lave-vaisselle consomme approximativement 180 kWh/an et pour baisser drastiquement cette consommation, on peut tout à fait s'en passer, comme avec le sèche-linge. Logique, mais ce raisonnement appelle à la prudence, car si l'on gagne effectivement sur l'électricité, il a été remarqué qu'on consommait plus d'eau en contrepartie. En réalité, tout dépendra de la manière dont on fait la vaisselle et puis, avouons-le aussi, se passer de lave-vaisselle n'est pas toujours possible. Fort heureusement, l'appareil a beaucoup évolué au fil de son histoire et la solution vient d'une fonctionnalité récente : le fameux mode "éco".

En mode "éco", le temps de lavage va être rallongé, mais en contrepartie l'eau ne va jamais dépasser les 45°C. Or, c'est surtout pour chauffer l'eau qu'un lave-vaisselle consomme. Une utilisation systématique du mode "éco" permet ainsi un gain allant jusqu'à 45 % sur la consommation d'électricité (1).

Enfin, si vous avez la chance de posséder un lave-vaisselle doté d'une fonction "Départ différé", utilisez-le. Vous pourrez ainsi programmer son lancement en heures creuses pour faire encore plus d'économie.

Les plaques de cuisson

7,8 % des ménages français utilisent l'électricité comme énergie de cuisson, tandis que les plaques de cuisson consomment environ 140 kWh/an en moyenne. Doit-on alors forcément passer au gaz pour économiser ? Pas forcément.

Pour commencer, il faut savoir que les plaques à induction sont les plus économiques de toutes les plaques de cuisson : 25 % de moins qu'une plaque électrique, 20 % de moins qu'une plaque vitrocéramique. Ensuite, il existe un truc très simple pour utiliser moins longtemps les plaques : recouvrir les marmites et casseroles sur le feu. Cela va créer une pression à l'intérieur du récipient et accélérer la cuisson, un peu comme dans une cocotte-minute, mais à une échelle tout de même plus modeste.

(1) Source : Ademe (Agence de la transition écologique), 2019.

Par

Publié le

A lire ailleurs