Le lave-linge, l'invention qui bouleversa le quotidien

Objet devenu banal de nos jours, on oublie à quel point le lave-linge fut une avancée considérable lors de son lancement pour le grand public. Avoir une machine à laver les vêtements chez soi représentait, pour les femmes de l'époque, un bouleversement radical de leurs habitudes.

Le lave-linge, l'invention qui bouleversa le quotidien

Le lave-linge est une invention révolutionnaire qui a modifié le quotidien des foyers. Premières impactées, les femmes de l'époque qui découvrirent une nouvelle façon de laver les vêtements sales. Dès lors, la machine à laver s'est installée chez chacun d'entre nous pour devenir l'un des appareils électroménagers les plus répandus dans le monde.

Redécouvrons son histoire d'hier à nos jours.


Machine à laver : plus d'un siècle d'histoire

Le lave-linge, communément appelé "machine à laver", est un appareil électroménager utilisé pour nettoyer le linge de maison et les vêtements sales. Il fonctionne à l'eau et à la lessive, qu'elle soit en poudre, en gel ou en comprimés.

Cette machine a connu un essor dans les années 1960, mais les premières versions de ce qui deviendra le lave-linge remontent à près de deux siècles en arrière. En effet, la première trace d'un appareil servant à laver le linge se trouve à la fin du 18e siècle. Par la suite, les machines évoluent, passant de tonneaux en bois agrémentés de rouleaux essoreurs (au début du 20e siècle) à des machines semi-électriques dans l'entre-deux guerres.

Ce n'est qu'au début des années 1960 qu'on voit apparaître des versions de lave-linge proches de celles que nous connaissons, avec un système d'essorage qui fonctionne grâce à la force centrifuge. La révolution est en marche.

Vieux lave-linge

Le lave-linge, symbole de libération des femmes

Si on remonte un peu en arrière, au temps des lavandières, on peut prendre la mesure de la pénibilité causée par le lavage du linge. Pour que le linge soit propre - et il devait l'être ! - il fallait le frotter et le taper des heures durant, en position agenouillée, ce qui rendait la tâche éreintante. C'était un travail réservé exclusivement aux femmes, qui nettoyaient aussi bien leur linge que celui des personnes qui les employaient. Le savon et le charbon étaient les éléments permettant de rendre le linge propre et blanc, et le lavoir le lieu de tous les potins. Mais cet aspect social ne cache pas la dureté du travail.

Quand les premières machines à laver ont fait leur apparition, c'est tout naturellement aux femmes que les vendeurs s'adressaient. Qui mieux qu'elles pourraient apprécier l'évolution technique d'un tel appareil ? Plus besoin de se briser le dos et de s'abîmer les mains, le lave-linge ferait le travail pour elles.

La machine à laver fut alors présentée comme vectrice d'un gain de temps précieux, qui permettrait aux femmes de s'émanciper. Ainsi, si entre 1960 et 1970, seuls 30% des français possédaient un lave-linge, ils étaient le double à peine 10 ans plus tard.

Vieux lave-linge

Du mythique au banal : un objet du quotidien

Difficile de se rendre vraiment compte d'un tel changement aujourd'hui, alors que l'objet est devenu absolument banal. Il est partout, et a fait des progrès techniques impressionnants : sèche-linge, lavage rapide, machines silencieuses… Même ceux qui n'ont pas la place d'avoir un lave-linge chez eux trouveront toujours une laverie automatique dans les parages. On est donc très loin des contraintes d'une époque pourtant pas si lointaine.

Mais une chose qui n'a pas changé, c'est la valeur symbolique du lave-linge. A l'époque, la machine à laver entrait dans une maison comme une révolution, facilitant la vie d'un couple ou d'une famille unie. C'est toujours le cas aujourd'hui, car on voit encore l'achat d'un lave-linge comme une preuve d'engagement durable. Ne prenez donc pas cet achat à la légère, surtout si secrètement vous ne comptez pas vous engager avec votre conjoint…

>> A LIRE AUSSI : La fabuleuse invention du lave-vaisselle

Photo : Russell Lee / Shorpy

Publié le 14/09/2018, par Mickael

"Curieux et enthousiaste, seule la recherche d'un bien-être perpétuel m'anime. C’est pour cela qu'on vit, n'est-ce pas ?"