Le jardin vertical : moins fatigant, moins encombrant

Quel bonheur de posséder son petit lopin de terre et d'y faire son potager ! Mais par manque de place ou pour des raisons de santé, il n'est parfois pas toujours possible de jardiner au sol. Heureusement, le jardin vertical est là pour vous sauver.

Le jardin vertical : moins fatigant, moins encombrantPhoto: petrOlly

Jardiner à la verticale, l'idée a de quoi paraître saugrenue et pourtant, elle nous sauve de bien des tracas. Difficultés à se baisser, manque d'espace, si vous avez toujours voulu avoir un beau jardin mais que vous aviez tiré un trait dessus pour les raisons précédemment évoquées, on vous aide aujourd'hui à reconsidérer le projet.

Des tas de problèmes, une bonne solution

Le type de jardin que nous vous proposons de découvrir aujourd'hui au-delà de son aspect esthétique, est donc la solution pour résoudre plusieurs problématiques. Le manque de place tout d'abord, si courant de nos jours, notamment en ville où l'on doit se contenter bien souvent d'un petit balcon. Superposer des plantes permet alors de ne pas sacrifier d'espace tout en ayant la possibilité de s'entourer de verdure. On peut ainsi conserver de la place pour le mobilier classique type table et chaises.

Deuxième problématique : les difficultés à se baisser. L'entretien d'un espace demande des efforts physiques et des mouvements comme se pencher de plus en plus difficiles à effectuer avec l'âge. Si certaines personnes cessent tout simplement de jardiner, un système de superposition permet de limiter les mouvement fatigants en ayant les plantes à sa hauteur. Plus besoin ainsi de sacrifier ce petit plaisir de la vie.

L'autre avantage de ce genre d'installation, c'est la possibilité de conserver la fraîcheur d'un lieu en recouvrant l'intégralité ou presque du mur de végétation. Un bon point pour les jours où les températures sont caniculaires.

Préparez une structure adaptée

Lorsque l'on jardine au sol, il faut bien entendu préparer le terrain. À la verticale, la chose est encore plus complexe puisqu'il faut réaliser une structure capable de contenir des plantes en leur offrant la possibilité de croître tout en supportant leur poids.

Pour un mur de fleurs, optez pour une grille métallique à fixer au mur. Investissez ensuite dans des pots de fleurs de couleur à installer avec un crochet sur les barres de la structure. Effet garanti.

Pour les herbes aromatiques, récupérez une palette, positionnez-la à la verticale, là aussi correctement fixée au mur ou maintenue au sol. Décorez-la à votre goût puis installez les petits pots de menthe, basilic ou ciboulette dedans.

Pour un potager, voyez les choses en grand. Récupérez un meuble à plusieurs étages et installez de véritables bacs capables de contenir suffisamment de terre pour que vos plants s'émancipent. Votre structure doit pouvoir supporter un poids important.

Petit plus : sur les côtés de votre structure, pensez à installer une étagère pour votre mini-arrosoir, vaporisateur et autres outils. C'est joli et ça évite une fois de plus de se baisser ou de gaspiller de la place en éparpillant ses accessoires.

Déjouez les pièges de ce type de jardin

Pratique, esthétique, on ne voit que des bonnes raisons de succomber à ce jardin malin. Quelques pièges sont pourtant à éviter pour faire perdurer cet espace vert. Le premier, c'est bien évidemment le manque de luminosité qui risque d'affecter les plantes les plus basses si celles du haut leur font de l'ombre. Pensez alors à choisir la place de chaque plante en fonction de ses besoins en lumière.

La deuxième erreur à ne pas commettre concerne l'arrosage. La structure d'abord doit supporter d'être mouillée sans pourrir. De plus, les plantes en bas de notre installation ne doivent pas recevoir plus d'eau que les autres. On pense alors à installer des soucoupes et à prévenir les débordements éventuels d'eau.

Enfin, pensez à anticiper la croissance des plantes. Elles doivent avoir suffisamment d'espace, à la fois dans leur pot et dans leur meuble pour être heureuses.

>> A LIRE AUSSI : Un potager sur le mur de mon salon !

Publié le 03/07/2017, par Carole Guidon

"Comme Neale Donald Walsch, je crois que la vie commence là où notre zone de confort s'arrête. Et vous ?"