La construction selon la norme RT2020

Désastre écologique, véritable perte de pouvoir d'achat pour les ménages, il était temps de prendre à bras le corps le problème des mauvaises performances énergétiques des logements. C'est désormais chose faite avec la RT2012 à laquelle succédera très bientôt la RT2020, une norme aux nouvelles exigences que l'on décrypte aujourd'hui.

La construction selon la norme RT2020

Dans sa lutte contre le réchauffement climatique, le gouvernement cible depuis plusieurs années la consommation énergétique des logements. Il faut dire que le bâtiment représente 25% des émissions de CO2 et 43% des consommations énergétiques nationales.

Des normes de construction assurant des maisons et habitats collectifs plus performants dans ce domaine ont ainsi été mises en place. Et à la Réglementation Thermique 2012 succédera très bientôt la Réglementation Thermique 2020.

RT 2012 : une réglementation toujours en vigueur

Depuis le 1er janvier 2013, toutes les constructions neuves à usage d'habitation doivent respecter la Réglementation Thermique 2012. Cette norme a pour objectif de limiter la dépense énergétique et les émissions de CO2 des bâtiments.

Elle impose trois exigences de résultat dans trois domaines : l'efficacité énergétique du bâti définie par ses besoins bioclimatiques ; la consommation énergétique du bâtiment mesurée par le coefficient Cepmax ; le confort d'été dans les bâtiments non climatisés.

La consommation est ainsi plafonnée à 50kWhep/(m2.an). En été, les logements doivent être confortables sans avoir recours à la climatisation. Ce confort sera mesuré par un seuil de température à ne pas dépasser après 5 jours de chaleur qui différera selon les régions.

Pour atteindre ces objectifs, les constructeurs vont travailler sur l'enveloppe du bâtiment, l'étanchéité à l'air, les systèmes de chauffage, eau chaude sanitaire et ventilation. Une bonne isolation évite ainsi les pertes de chauffage en hiver et la surchauffe des logements l'été. En consommant moins, on épargne la planète et on fait des économies conséquentes.

Un pas de plus vers la protection de l'environnement

Si la Réglementation Thermique 2012 est toujours en vigueur, très vite c'est la Réglementation Thermique 2020 qui prendra sa place. Celle-ci devrait en effet entrer en vigueur fin 2020.

La RT2020 reprend les mêmes bases que celles de la RT2012, mais elle va bien entendu beaucoup plus loin. Avec RT2012, on construisait des Bâtiments Basse Consommation. Avec RT2020, on construira des Bâtiments à Énergie Positive. Cela signifie que le logement produira plus d'énergie qu'il n'en consomme.

L'aspect économie d'énergie sera toujours du fait d'une isolation thermique incomparable. C'est donc sur l'aspect production que le véritable changement s'opérera. Les bâtiments devront ainsi être capables de produire leur propre énergie par le biais des énergies renouvelables comme des panneaux solaires.

Un dispositif difficile à mettre en place ?

Comme avec la RT2012, la RT2020 s'imposera d'elle-même à tous les constructeurs, qu'il s'agisse de maisons individuelles ou d'immeubles collectifs. Dans le cas de la RT2012, le maître d'ouvrage établit une attestation de prise en compte de la réglementation thermique au dépôt de la demande de permis de construire et à l'achèvement des travaux.

Mais bien entendu, ce type de bâtiment risque d'être plus cher à la construction. La question du coût des équipements sera-t-il un frein à l'achat, notamment pour les particuliers qui souhaitent faire bâtir leur maison individuelle ? La question peut se poser...

Il faut espérer qu'avec la démocratisation du bâtiment à énergie positive, le coût de sa construction tende à diminuer. De même, les économies réalisées sur la facture de chauffage et d'eau chaude (entre autres) pourraient permettre de rentabiliser après quelques années son achat. Aussi, le surplus d'énergie créé pourra être revendu à des fournisseurs et là aussi, permettre d'amortir le coût de construction. Un dispositif que l'on espère gagnant-gagnant pour les propriétaires, les locataires et la planète.

Par

Publié le

A lire ailleurs