Connaître ses voisins serait très bon pour la santé

Connaître ses voisins serait très bon pour la santé

On connaît l'importance des relations sociales dans le maintien d'une bonne santé psychique. Une étude nous révèle aujourd'hui qu'avoir de bonnes relations avec ses voisins serait également excellent pour la santé physique.

Des experts en solitude ont ainsi lancé en Amérique du Nord un challenge d'un nouveau genre. Le Nextdoor KIND challenge, c'est son nom, a été créé pour vérifier les effets de l'entraide entre voisins sur la santé mentale.

Des personnes ont ainsi été invitées à réaliser de nombreuses actions de bonté pour leur voisinage. Tondre la pelouse, prendre des nouvelles, donner des renseignements ou faire des courses… tous les petits gestes de générosité étaient encouragés.

A la fin du programme, les chercheurs ont interrogé les participants sur leur état de santé émotionnelle. Et les résultats ne se sont pas fait attendre. 1 volontaire sur 10 souffrait d'un sentiment de solitude avant le début du challenge. A la fin du programme, seule 1 personne sur 20 ressentait encore cet isolement. Les problèmes de dépression, d'anxiété sociale et même les préoccupations financières des participants s'étaient améliorés.

Un résultat qui n'a rien de surprenant, le sentiment de faire partie d'une communauté aidant à combattre l'isolement. Ce que l'on sait moins en revanche, c'est que les liens sociaux auraient également un impact considérable dans le maintien d'une bonne santé physique.

Pouvoir compter sur le soutien de son entourage aiderait notamment à limiter les effets du stress sur le corps. Des liens sociaux solides amélioreraient ainsi nos chances de survie et seraient plus efficaces que l'activité physique ou le vaccin contre la grippe pour prévenir les risques de mortalité précoce.

Bonne nouvelle enfin, les gens semblent de plus en plus conscients de la nécessité de nouer des liens avec les individus qui les entourent, y compris leurs voisins. Avant l'épidémie de Covid-19, seules 63% des personnes interrogées estimaient qu'il était primordial de s'investir dans une communauté de quartier. Après la pandémie, les chiffres grimpent à 82%.

De nouveaux convertis qui bénéficieront, on le souhaite, des incroyables vertus du lien social. Un peu de temps et de bienveillance, voilà tout ce que cela demande.

Par

Publié le

A lire ailleurs