Quand la domotique permet de surveiller vos enfants

La domotique permet une surveillance accrue de votre domicile et, par la même occasion, un plus grand contrôle sur les allées et venues de vos enfants. Via des caméras, des systèmes de détection de mouvements et d'alertes envoyées sur votre smartphone, c'est une technologie qui rassure les parents les plus anxieux et qui aide certains enfants à gagner en autonomie. Cependant, elle peut mener à des tensions avec l'enfant ou l'adolescent qui se sentira espionné et contrôlé en permanence. Voyons comment gérer ce système.

Quand la domotique permet de surveiller vos enfants

La surveillance d'un enfant via la domotique se répand et elle permet aux parents les plus stressés de vérifier que leur bambin va bien quand il est seul à la maison et qu'il ne sort pas sans autorisation. C'est un système de nounou 2.0, qu'il faut apprendre à contrôler et qui nécessite un dialogue avec l'enfant pour éviter les conflits.

On vous présente ici les avantages de la domotique comme outil de surveillance, les risques du système et on vous donne quelques conseils pour l'utiliser de la bonne façon.

Les avantages de la domotique pour surveiller vos enfants

Si vous êtes tenus de laisser votre enfant seul à la maison régulièrement, vous allez forcément vous inquiéter par moments : que fait-il ? Est-ce qu'il va bien ? Est-il bien rentré de l'école ? Est-ce qu'il respecte les règles que vous avez établies ? Des inquiétudes légitimes pour tout parent, que la domotique peut aider à résoudre.

Les risques du web (addiction, mauvaises rencontres, visionnage de contenus sensibles, etc.) peuvent être réduits via l'installation d'un programme de contrôle parental sur l'ordinateur, mais des solutions plus poussées vous permettent de surveiller votre enfant.

Une caméra de surveillance reliée à votre réseau internet (ce qu'on appelle une caméra IP) vous permettra de voir, via votre écran de smartphone notamment, ce qui se passe chez vous. Vous pouvez également installer un détecteur de mouvements pour vérifier que votre enfant ne se rend pas dans une zone potentiellement dangereuse (un garage, un atelier de bricolage), qu'il n'ouvre pas un placard interdit, ou qu'il ne sort pas alors qu'il n'en a pas le droit. Ceux-ci s'installent sur une porte ou une fenêtre, mais certains modèles peuvent couvrir une zone plus large.

En matière de sécurité, les différentes alarmes ou les serrures connectées vous aideront à vous tranquilliser, puisque vous pourrez vous assurer que votre progéniture est bien rentrée après les cours et que vous serez prévenu immédiatement en cas de souci dans le logement. Avec les prises connectées, vous aurez la possibilité de déconnecter ces objets dangereux pour les enfants, à distance.

Pour les plus petits, la domotique peut servir d'accompagnement bien-être, avec des capteurs de température ou de qualité d'air réglables à distance, des systèmes qui permettent de paramétrer l'intensité de la lumière pour favoriser l'endormissement progressif d'un petit, voire un équipement pourvu d'un bouton "Panique" que votre enfant pressera s'il se sent menacé.

La technologie domotique est donc une véritable avancée, mais il ne faut pas négliger les risques qu'elle peut causer, particulièrement dans la relation parent-enfant.

surveillance

Les risques d'un contrôle parental via la domotique

Les enfants de moins de 10 ne devraient pas forcément se rendre compte d'une telle installation chez vous, mais un adolescent pourrait réagir de manière très hostile à un système de surveillance domotique. Afin d'éviter les conflits parents-enfants, il est capital d'en parler à votre adolescent. Si celui-ci comprend qu'il est surveillé sans que vous l'ayez informé au préalable, attendez-vous à une confrontation directe assez violente.

Mieux vaut lui exposer vos craintes, lui expliquer que cela vous rassure de savoir quand il rentre de soirée et d'avoir la certitude qu'il pourra vous prévenir immédiatement en cas de problème à la maison. En somme, faites-en un allié afin d'éviter le risque majeur d'une telle surveillance : le mensonge. Les enfants de la génération actuelle sont habiles avec la technologie et ils savent la contourner. Si votre adolescent ne cautionne pas ce système, car il le prend comme un manque de confiance de votre part, il pourrait développer des techniques d'esquives qui passeront par le mensonge et il trouvera, de toute façon, une manière de se soustraire à cette surveillance numérique.

Avec un dialogue posé, vous éviterez que votre enfant ne se sente opprimé et qu'en opposition à ça, il rejette totalement cette forme d'autorité nouvelle.

Conseils pour faire accepter la surveillance à un enfant

La surveillance via la domotique doit donc être adaptée à l'âge de votre enfant et vous pouvez appliquer les conseils suivants pour qu'elle se déroule sans heurt :


  • Informez l'enfant de l'installation des systèmes de surveillance.

  • Donnez-lui des responsabilités, en lui laissant par exemple choisir le code de l'alarme ou en lui permettant de surveiller certaines pièces.

  • N'installez pas de caméra dans sa chambre pour préserver son intimité.

  • Expliquez-lui que le système sert à vous rassurer, pas à le "fliquer".

  • Appliquez les règles habituelles (couvre-feu, période de devoirs, temps de jeux vidéo limité...) sans faire de la domotique un substitut à votre encadrement.

  • Sondez les autres parents pour tenter d'établir des règles communes à votre enfant et à ses amis, sans paraître trop strict, trop sévère ou trop en décalage.

D'après une étude de 2018, 2/3 des enfants seraient favorables à la surveillance numérique. Cela prouve qu'ils sont conscients des bénéfices d'une telle technologie et qu'utilisée avec bienveillance et parcimonie, elle peut soulager l'ensemble de la famille.

Par

Publié le

A lire ailleurs