Vidéo à la demande : quel bouquet choisir ?

Amazon prime, Netflix, et bientôt Disney plus... Les plateformes de service de streaming se multiplient et il est difficile de faire un choix. Essayons ensemble de faire le tri parmi la foule d'offres disponibles, suivant leur prix, tout en tenant compte des bouquets à venir.

Vidéo à la demande : quel bouquet choisir ?

La vidéo à la demande, c'est ce qu'offrent les bouquets satellites, en mieux : non seulement vous avez accès à des films et séries de qualité souvent exceptionnelle, mais en plus c'est vous qui en choisissez le moment de diffusion.

Fini la course au canapé après le repas du soir, ou le difficile choix entre une bonne nuit de sommeil et la fin d'un téléfilm : vous pouvez mettre pause à tout moment.

Une offre large et grandissante

Si tout le monde connaît aujourd'hui le nom de Netflix, peu de gens peuvent se vanter de connaître tous les bouquets VOD (les initiales de l'anglais Video On Demand), ne serait-ce que de nom. Chacun peut avoir son favori bien sûr, mais celui qui vous affirmera avoir comparé absolument toutes les offres exagérera sans doute sur les bords.

Et pour cause : Amazon Prime, MyCanal, SFR VOD, Hulu, Apple TV+… le nombre de plateformes est énorme, et promet encore de grossir. Ainsi pour 2020, deux gros acteurs vont apparaître sur le marché français : Disney +, la plateforme dédiée du célèbre distributeur de dessins animés, et Salto, fruit du regroupement de 14 chaînes de télévision dont TF1, M6, France 2 et France 3.

Avec un marché qui évolue autant, il vaut mieux éviter de s'engager auprès d'une plateforme en particulier, puisque celle-ci pourrait très vite être dépassée par ses concurrentes. Heureusement, la pratique d'engagement à l'abonnement n'est pas du tout répandue dans le monde du streaming, et même mieux, de nombreuses plateformes vous proposent des essais gratuits pour pouvoir vous faire une idée en pratique de l'intérêt qu'elles auraient dans votre quotidien.

Le prix et les essais gratuits

Premier critère commun à tous les consommateurs lorsqu'il s'agit de faire un choix : le prix. Celui-ci varie grandement selon les abonnements, mais semble trouver une médiane aux alentours de la dizaine d'euros par mois. Aux deux extrêmes, on peut par exemple trouver des plateformes proposant des offres d'entrée de gamme gratuites (comme Cacaoweb), et d'autres proposant des paiements "à la carte" par film, comme c'est parfois le cas dans l'offre incluse sur votre box internet. Le coût de ses abonnements "à la carte" est souvent prohibitif, mais permet de pouvoir regarder certains films sortis récemment plus rapidement qu'avec un modèle d'abonnement classique, des limites légales freinant la disponibilité sur les plateformes "en illimité". C'est un peu comme aller au vidéo-club, le déplacement en moins, la nostalgie en plus.

Le nombre d'écrans doit aussi intervenir dans le choix final, car si le prix de Netflix pour un seul écran est de 8 euros par mois, il l'est bien moins pour quatre, avec un coût de 14 euros par mois, soit 3,5 euros par écran. Notons que ces écrans peuvent être dispersés dans le monde : une offre idéale pour les familles dont les enfants sont étudiants par exemple.

VOD, à chacun son goût

Certains abonnements sont très, très spécifiques. Si vous voulez faire un cadeau à votre neveu fan de mangas par exemple, il sera sans doute séduit par les propositions de Wakanim ou de Crunchyroll, deux plateformes spécialistes du genre. En revanche peu de chance que cela plaise à votre tante plutôt branchée randonnée et cinéma français.

Pour être sûr de ne pas faire d'impair, les leaders du marché sont encore des choix présentant le moins de risque. Ces derniers offrent à la fois des séries et des films. Il reste difficile de les départager sur la simple présentation de leurs exclusivités, qui restent destinées à un public de niche pour la grande majorité. Si toutefois vous avez horreur des séries, vous pouvez faire l'impasse sur les plateformes classiques et vous tourner vers des services consacrés uniquement aux films (comme FILMOTV), afin de faire quelques économies.

Par

Publié le

A lire ailleurs