Les étonnants pouvoirs de la nigelle

Très connue en Asie et en Afrique, la nigelle est peu utilisée dans les pays occidentaux. C'est bien dommage car cette plante est une véritable armoire à pharmacie à elle toute seule. Elle s'utilise même en cuisine pour donner une saveur inattendue à vos petits plats.

Les étonnants pouvoirs de la nigellePhoto: Thomas Knox

La nigelle est une plante assez courante en Europe et en Asie. Pourtant, c'est surtout en Afrique du Nord que l'on consomme ses graines, ainsi qu'en Inde, pays où cette plante fait partie intégrante de la vie quotidienne des habitants. Ses propriétés bénéfiques y sont maintenant connues depuis plus de 2500 ans.

Si la graine est connue sous le nom de graine noire, poivrette ou cumin noir, la plante connaît elle aussi de poétiques appellations : Cheveux d'Ange, Patte d'Araignée, Herbe aux épices, Cheveux de Vénus, Barbiche ou encore Barbe des Capucins.

La nigelle, une panacée ?

La nigelle est utilisée depuis des millénaires pour soigner et guérir de nombreuses affections. Avec les alcaloïdes et le tanin qu’elle contient, la nigelle est un antibiotique, un anti-inflammatoire et un analgésique naturel, souvent utilisée en Égypte pour soigner les maux de gorge, les douleurs musculaires et les problèmes d’articulations. La nigelle est aussi un antiseptique et un anti-mycosique efficace contre les pellicules et les problèmes de peau (acné, eczéma, etc.)

La nigelle contient de la nigellone et de la thymoquinone, les deux principaux principes actifs qui lui confèrent ses propriétés anti-allergique, anti-asthme et anti-infectieux. Elle renforce les défenses immunitaires et revitalise le corps. Elle aide aussi à la digestion et traite les coliques néphrétiques et autres douleurs d’estomac.

Elle contient en outre de la vitamine B1, B2, B3, B6, B9, C et E, en plus de plusieurs métaux et oligo-éléments (fer, calcium, sodium, potassium, zinc, sélénium, etc.) et du carotène. Enfin, on lui attribue une remarquable capacité à renforcer le traitement de certains cancers.

Une alliée beauté efficace

La nigelle ne se contente pas d’être bonne pour la santé, c’est aussi une plante dont l’huile possède d’étonnantes vertus cosmétiques. Son tanin lui permet d’offrir des propriétés vasoconstrictrices et astringentes qui adoucissent la peau. C’est également un antioxydant qui, combiné aux autres antioxydants déjà présent dans les graines de nigelle (nigellone, thymoquinone, carotène, vitamine E et sélénium) rend la peau plus souple, la régénère et la revitalise. L’huile de graines de nigelle est aussi efficace contre les boutons, qu’ils soient d’acné ou autre.

Elle est souvent utilisée avec d’autres huiles dans des recettes comme celle permettant de réparer des cheveux abîmés, par exemple. Pour cela, il faut la mélanger avec de l’hydrolat de camomille, de l’huile de jojoba, ainsi que de l’huile essentielle de nard d'Himalaya et de camomille noble. Cette décoction est à appliquer sur les cheveux en les massant bien (insister sur les pointes afin d’éliminer les fourches) avant de la garder toute une nuit sous un linge chaud et de bien rincer le lendemain.

Un complément alimentaire idéal

La nigelle s’utilise de différentes manières et sous différentes formes : huile à étaler sur la peau, graines à consommer tels quels ou à concasser, on la retrouve même sous forme de gélules et de crème. Elle est traditionnellement consommée en tant que condiment dans la plupart des pays de l’Afrique du Nord et de l’Asie, incorporée dans le couscous ou le tajine au Maroc, dans le poisson en Inde ou encore dans le pain en Égypte. D’une manière générale, la nigelle est consommée avec des aliments qui se marient bien avec son goût amer : pommes de terre, pain, poisson.. mais on peut très bien lui faire accompagner n’importe quel aliment, même sucré.

Sa consommation journalière permet de réduire les effets néfastes des radicaux libres sur le corps mais aussi de lutter contre les coups de fatigues, les insomnies et les migraines. Attention cependant, à haute dose, la consommation de nigelle est toxique.

Par

Publié le

A lire ailleurs