Faire la grasse matinée n'est pas forcément une bonne idée !

Faire la grasse matinée n'est pas forcément une bonne idée !

Si vous aimez vous prélasser dans votre lit le week-end et vous réveiller après tout le monde, vous allez déchanter : la technique de la grasse mat' ne serait pas du tout bonne pour la santé, ni pour le moral. Études à l'appui, voici les explications.

Nous sommes nombreux à attendre impatiemment la fin de la semaine pour pouvoir récupérer un peu de sommeil. Faire la grasse matinée le week-end serait pourtant une très mauvaise idée. C'est en tout cas ce qu'a pu constater une équipe de chercheurs américains de l'Université d'Arizona Health Sciences, à l'occasion d'une étude publiée dans la revue Sleep.

Allonger le temps de sommeil influe sur notre humeur

Les scientifiques se sont ainsi intéressés au sommeil de 984 adultes âgés de 22 à 60 ans. Tous ont accepté de répondre à un questionnaire concernant leurs habitudes de sommeil et leur état de santé général. Temps passé à dormir en semaine et le week-end, difficultés d'endormissement, sensation de fatigue, voilà quelques-unes des informations passées au crible par les chercheurs américains.

À la fin de l'étude, l'équipe de scientifiques a alors fait une découverte surprenante. Un temps de sommeil allongé d'1 heure par nuit le week-end augmenterait de 11% les risques de souffrir de problèmes cardiaques. Cette tendance à allonger ses nuits de sommeil exposerait même à souffrir de dépression ou à développer des troubles de l'humeur tels que l'irritabilité.

Davantage de fatigue et de somnolence

Côté fatigue, si on espère souvent rattraper le manque de sommeil de la semaine en dormant plus le week-end, c'est encore raté ! En effet, les personnes habituées à allonger leur temps de sommeil semblent plus fatiguées et davantage exposées à des problèmes de somnolence que le reste du groupe. Pour illustrer cet effet néfaste sur le corps, les chercheurs se sont essayés à une petite comparaison. Les conséquences sur notre santé des grasses matinées seraient comparables à celles opérées par un aller-retour Paris-New York sur notre corps. Le principe est le même : le corps est soumis à une sorte de décalage horaire néfaste.

Des nuits plus longues et des réveils plus tardifs perturbent notre rythme biologique. Contrairement aux idées reçues donc, les grasses matinées ne permettent pas de récupérer de la fatigue accumulée. Les scientifiques conseillent ainsi de suivre les recommandations habituelles pour un sommeil de qualité et une vie pleine de vitalité : dormir suffisamment, en se couchant et en se levant toute la semaine aux mêmes horaires.

Par

Publié le

A lire ailleurs