Peut-on vraiment se déconnecter à la maison ?

Publié le , par Anaïs Sybellas
Peut-on vraiment se déconnecter à la maison ?

Mis en place depuis le début de l’année, le droit à la déconnexion veut aider les travailleurs à éviter le burn-out et à prendre plus de temps pour eux.
 
Avec l’essor des outils de communication, la journée de travail, pour 63% des actifs, ne se limite plus aux horaires de bureau. Difficile alors de ne pas répondre à un appel ou un mail intitulé « Urgent », alors qu’on aimerait juste passer du temps en famille ou profiter de son temps libre.

Chaque entreprise doit désormais ouvrir un dialogue avec ses employés sur le droit à la déconnexion. Mais le problème, et pas des moindres, reste que la loi ne prévoit pas la nécessité de parvenir à un accord. Les employés qui ne sont pas satisfaits de l’attitude de leur entreprise et s’estiment lésés sur leur droit à la déconnexion devront aller aux Prud’hommes. Une voie longue et astreignante, donc.

Quid des salariés en télétravail ou des travailleurs freelances ? Comptabiliser les heures de travail chez soi, et en apporter une preuve formelle peuvent être un vrai casse-tête.

Quant aux workaholics, seront-ils favorisés face à des employés qui veulent déconnecter une fois la journée de travail terminée ? La très controversée Loi Travail ne répond pas à ces questions.