Un bunker pour vivre sereinement la fin du monde

Un bunker pour vivre sereinement la fin du monde

Les prévisions qui annonçaient la fin du monde pour 2012 ne se sont (heureusement) pas vérifiées, mais cela n’empêche pas que certaines personnes craignent l’imminence d’une grande catastrophe et cherchent donc à s’en prémunir.

La société californienne Terra Vivos a décidé de répondre aux craintes de la population, du moins la partie la plus aisée de celle-ci, en proposant depuis plusieurs années des abris de luxe sensés résister à (presque) toutes les catastrophes possibles. La société a donc récupéré des anciens bunkers de l’armée pour les aménager de la manière la plus luxueuse possible. En cas de catastrophe de grande ampleur, chaque client sera transporté jusqu’à son bunker par un hélicoptère affrété par la société.

Le fondateur de l'entreprise, Robert Vicino, explique qu’il a reçu "une inspiration divine le poussant à construire des abris pour héberger des milliers de gens en prévision d’un événement à venir qui provoquera une extinction d’un niveau majeur". Ce sont ainsi 575 abris pouvant abriter chacun 10 à 20 personnes qui ont été aménagés dans des anciens dépôts de munition du Dakota du Sud. Les abris sont prévus pour être totalement autonomes pendant au moins un an, en nourriture et fournitures.

Bunker Terra Vivos

Et tout est fait pour que vous vous sentiez le mieux possible pendant l’Armageddon : les fenêtres montrent un paysage idyllique, et le fait que ce soit un écran n’aura sans doute que peu d’importance lorsque le cataclysme aura frappé. Les chambres, salons, salles à manger, cuisines, toilettes, n’ont rien à envier à un hôtel de luxe si vous êtes prêt à investir les 200.000 dollars nécessaires en plus du paiement annuel de 1000 dollars. L’aménagement de base est lui proposé à 25.000 dollars (24.500 euros).

Si vous craignez que la fin du monde approche et que vous êtes en Amérique ou en Europe, Terra Vivos peut donc être la solution pour vous soulager, aussi bien de vos craintes apocalyptiques que de quelques milliers de dollars.

Par

Publié le

A lire ailleurs