Un ancien abri-atomique en vente pour 500.000 euros

Un ancien abri-atomique en vente pour 500.000 euros

Datant de la Guerre Froide, un abri atomique de 1700 m², doté de 56 chambres, est en vente au Royaume-Uni pour la somme de 503.000 euros.

Si de nos jours, les bunkers servent surtout d'abris de luxe aux personnes fortunées qui redoutent la fin du monde, il fut un temps où ils avaient une fonction miliaire. Cet édifice, construit dès 1941, amélioré entre 1952 et 1954 et situé près de la ville balnéaire de Salcombe dans le sud-ouest du Royaume-Uni, servait au départ de station radar pour la Royal Air Force (l'armée de l'air britannique). Il porte le nom de Hope Cove, comme le petit village côtier près duquel il est installé.

À la fin des années 1950, en pleine Guerre Froide, le gouvernement britannique décide de le transformer en siège régional capable d'assurer la sécurité des ministres et des fonctionnaires face à l'hypothèse d'une attaque nucléaire soviétique. Les installations sont donc conçues pour la survie, avec un générateur offrant 35 jours d'autonomie, un système pour recycler l'air, pas de fenêtres et des murs renforcés pour se protéger contre toute agression extérieure et contre d'éventuelles radiations.

L'abri anti-atomique se compose de deux étages creusés dans le sol, avec 28 chambres pour chacun d'eux (pour un total de 56 chambres), avec un couloir central et des salles d'opérations principales dotées de mezzanines. S'il n'y a pas de décoration (à part quelques vieilles cartes du monde), on y trouve une cuisine, un studio de radio insonorisé, et des pièces modulables qui pourraient faire office de panic room.

Mis hors service dans les années 1990, à la fin de la Guerre Froide, le bâtiment a d'abord été vendu à deux agriculteurs, qui ne semblent pas l'avoir utilisé, et le voici à nouveau sur le marché, avec des enchères qui démarrent à 435.000 livres sterling (soit environ 503.000 euros).

Plusieurs acquéreurs potentiels se seraient déjà manifestés pour reprendre le bien, qui s'étend sur 1700 m², sur un terrain privé de près de 2 hectares. Le complexe pourrait devenir un hôtel tout à fait insolite pour voyageurs curieux et amateurs d'expériences hors des sentiers battus, ou bien une cave à vin géante, une réserve à fromage ou encore une habitation privée pour particulier inquiet d'une potentielle apocalypse.

Par

Publié le

A lire ailleurs