Le langage des chats : comprendre votre matou

Tous les chats s'expriment, à leur manière. On a parfois l'impression qu'ils voudraient communiquer avec nous, par leur doux ronronnements, leur miaulement d'intensité variée, par des gestes et des attitudes particulières. Mais puisqu'ils n'ont pas la possibilité de parler, c'est au maître de faire l'effort de décrypter ce langage ! Voici comment s'y prendre.

Le langage des chats : comprendre votre matou

Les chats ont un langage bien à eux, qui ne comprend pas de mots. Ils s'expriment par des sons, des attitudes, des comportements bien spécifiques qu'il est important de déchiffrer afin de savoir ce que votre félin veut de vous. Comprendre le langage des chats vous aidera à mieux cerner ses besoins et à le rendre aussi heureux qu'il le mérite.

Les chats communiquent-ils avec nous ?

Tous les propriétaires de chat se sont déjà posé la question : mais que peut-il bien vouloir me dire ? Car même s'ils sont dépourvus de mots pour communiquer, les chats, dès leur plus jeune âge, possèdent toute une panoplie de comportements oraux ainsi qu'une gestuelle qui leur permet de nous faire passer des messages.

Tout félin qu'il est, votre chat communique avec les hommes, mais aussi avec ses congénères matous par le biais de sons et d'attitudes qui sont difficiles à interpréter pour nous. On a souvent une fâcheuse tendance à vouloir lui faire dire ce qui nous arrange.

Pour éviter les problèmes de communication entre votre minou et vous, il est essentiel de se concentrer sur 3 éléments majeurs : sa voix, sa queue et sa tête.

Des miaulements pour vous parler

Les sons variés qui sortent de la bouche du chat sont pour la très grande majorité destinés à son maître ou aux humains qui prennent soin de lui. En effet, les chats ne miaulent que rarement pour parler entre eux. Donc, si vous l'entendez pousser un miaulement très sonore, c'est qu'il vous parle !

Il peut s'agir d'appels assez doux, qui sont des signes de satisfaction ou de bien-être, ou d'appels plus longs et plus sonores qui correspondent souvent à une demande : j'ai faim, je veux un câlin, viens jouer avec moi ! S'il ronronne, c'est que le chat éprouve de la joie ou une sensation agréable.

Si votre matou pousse un miaulement plus aigu ou qu'il se met à grogner, c'est qu'il a peur ou qu'il est en colère. Essayez alors de voir ce qui peut le contrarier.

L'expression par le corps

Pour comprendre votre chat, regardez également les mouvements de sa queue. Si elle est en l'air ou sur le dos, le chat est détendu, curieux, dans sa position "standard". Si au contraire elle est à ras du sol et qu'il en agite le bout, c'est qu'il est en position de chasse. Ébouriffée et gonflée, la queue de votre minou est le signe qu'il se sent menacé, et s'il la remue de gauche à droite, c'est qu'il s'impatiente et devient nerveux (tout le contraire d'un chien !).

Chaton

Surveillez attentivement ses pupilles et ses oreilles. Si ses pupilles sont dilatées, il est en alerte, un peu excité, prêt à jouer. Si elles sont très fines, c'est qu'il est en mode chasseur ! Les yeux de votre chat, s'ils sont ronds et semi-dilatés, montrent que le félin est calme.

La position des oreilles est un signe dont vous devez tenir compte. Rondes et en l'air, il est neutre. En revanche, si ses oreilles se baissent ou se plaquent en arrière, c'est que votre matou se met sur la défensive : il a peur, il a fait une bêtise, il se méfie de ce qui l'entoure.

Erreurs et incompréhension

Parler avec son chat entraîne souvent des incompréhensions. Mieux vaut essayer de tenir compte de l'ensemble des signaux qu'il vous offre pour ne pas faire de fausses interprétations. Gardez ainsi en tête que les chats restent des félins à l'instinct animal bien marqué. S'il se roule sur le sol, ce n'est pas toujours une invitation aux caresses. S'il se frotte contre vous, il ne vous réclame pas forcément à manger. Et quand il vous mordille, c'est tout simplement qu'il vous aime !

Observez dès maintenant votre chat avec attention et vous verrez qu'il a certainement beaucoup de choses à vous dire...

Par

Publié le

A lire ailleurs