Le marché de l'électricité en pleine transformation

Les modes de production et de consommation de l'électricité changent. Les fournisseurs d'électricité sont de plus en plus nombreux. Les consommateurs que nous sommes voient les factures d'électricité augmenter régulièrement sans toujours savoir pourquoi. De quoi être perdu, si on ne comprend pas à quoi tout cela est dû.

Le marché de l'électricité en pleine transformation

Le prix du kWh augmente régulièrement et pèse de plus en plus lourd sur le budget des ménages. Et les opérateurs alternatifs rivalisent d'originalité pour attirer de nouveaux clients. Le début de l'année 2020 a encore vu les traditionnelles hausses du prix de l'électricité, au grand dam de beaucoup d'entre nous. De fait, le tarif réglementé a augmenté de 2,4% au 1er février 2020, soit +3,6 €/MWh.

Alors, à quoi devons-nous ces augmentations régulières et que nous réservent les prochains mois ?

Le tarif réglementé : explications

Le tarif réglementé, c'est-à-dire celui dont les prix sont fixés et contrôlés par l'ARENH, qui signifie "Accès Régulé à l'Électricité Nucléaire Historique", ne peut changer qu'après accord du gouvernement. La Commission de régulation de l'énergie lui soumet une proposition de grille tarifaire, qu'il valide ou rejette. L'opérateur historique, EDF, a fait une demande au gouvernement afin de pouvoir appliquer une hausse du prix de l'électricité en début d'année, arguant d'une forte pression de ses concurrents et d'un surcoût de production et d'entretien. Sa demande a été acceptée, ce qui a eu pour conséquence l'augmentation du tarif réglementé en février 2020.

Le marché de gros, l'autre raison des augmentations de prix

De façon simple, on dira que les augmentations sont également la conséquence de la montée des enchères provoquées par les fournisseurs alternatifs, concurrents d'EDF. Ceux-ci gagnent des parts du marché régulé. En effet, l'ARENH met en vente une certaine quantité d'électricité, que les fournisseurs alternatifs se partagent.

La demande de ces nouveaux fournisseurs est de plus en plus forte et il n'y en a plus assez pour tout le monde. Pour pallier le manque, ils se tournent vers les marchés non régulés, dont les prix sont libres, et ces derniers augmentent pour le consommateur. En résumé, c'est comme à la bourse, plus la demande est forte, plus les prix grimpent ! Et le marché de gros a été relativement tendu lors de l'attribution des parts fin 2019.

L'écologie, une nouvelle donnée qui redistribue les cartes

Les citoyens sont de plus en plus attachés à l'utilisation d'énergie verte et attentifs à la provenance de l'électricité qu'ils consomment. Quant aux autorités européennes, elles encouragent largement les bâtiments QNE, c'est-à-dire "quasiment neutres en énergie", et les dispositifs thermiques conformes aux normes "basse consommation". Et lors du choix de l'énergie qui serait soutenue par les autorités, c'est l'électricité qui a eu les faveurs des décideurs face à d'autres énergies fossiles, comme le gaz naturel notamment.

maison toit solaire

Les maisons écolos de demain produiront leur électricité

Par ailleurs, les constructeurs de maisons neuves se préparent à se conformer à la Réglementation environnementale 2020, qui entrera en vigueur au 1er janvier 2021 et tendra vers des maisons à énergie positive. La RT2020 s'appliquera à toutes les nouvelles constructions et impactera forcément le marché de l'électricité, puisque cela signifie un bilan carbone neutre.

Qu'est-ce qu'une maison à énergie positive ? C'est un logement qui produit plus d'énergie qu'il n'en consomme ou à minima, n'en consomme pas. Il produit éventuellement sa propre électricité et est en mesure de la réinjecter sur le réseau EDF, qui a l'obligation de la racheter. Par ailleurs, la RE2020 stipule qu'une partie de l'énergie consommée peut provenir de sources de production d'énergie renouvelable.

L'énergie du futur sera renouvelable ou ne sera pas

Il va sans dire que cela bouge les curseurs, tant du côté de l'opérateur historique qu'est EDF que de celui de ses concurrents. De ce fait, chacun s'attache de plus en plus à proposer une solution propre, à savoir de l'électricité ne provenant d'aucune industrie polluante. C'est donc une électricité produite à partir du parc nucléaire – considéré comme propre – ou d'énergies renouvelables comme l'éolien ou le solaire, voire encore l'hydroélectrique, qui est proposée aux futurs propriétaires bien sûr, mais également à chacun d'entre nous, quel que soit son type de logement.

À noter que l'installation massive du très controversé compteur Linky par Enedis, filiale d'EDF, est l'application de la loi relative à la "transition énergétique pour la croissance verte" et a pour fin une meilleure maîtrise de l'énergie électrique.

Par

Publié le

A lire ailleurs