Installer un faux plafond : comment et pourquoi ?

Un faux plafond, c'est joli et pratique à la fois. Les raisons qui pourraient vous faire adopter le faux plafond sont nombreuses et il est assez facile de le poser soi-même. Suivez le guide.

Installer un faux plafond : comment et pourquoi ?Photo: sarflondondunc

Par définition, un faux plafond est une structure suspendue sous un vrai plafond et qui recouvre toute la surface. L'avantage est avant tout esthétique : le faux plafond est idéal pour cacher les imperfections du vrai plafond, pour l'égaliser ou encore pour aménager un espace (appelé plénum) pour le passage des câbles électriques, tuyaux de chauffage et autres gaines de ventilation et rendre ensuite le tout invisible.

Néanmoins, un faux plafond s'avère aussi très pratique pour renforcer l'isolation thermique et phonique d'une pièce, en bourrant le plénum avec un matelas de laine minérale, par exemple.

Sans être spécialement complexe, l'installation d'un faux plafond nécessite tout de même un niveau confirmé en bricolage. Il est également important de ne pas vous y attaquer seul car à des étapes cruciales, vous aurez besoin d'au moins une autre paire de bras.

Les matériaux nécessaires pour un faux plafond

La manière la plus facile d'installer un faux plafond suspendu est d'utiliser une ossature métallique. Voici de quoi vous aurez besoin :

> Des suspentes : ce sont elles qui supporteront le poids du faux plafond. Ce sont des sortes de baguettes qui iront se fixer verticalement au plafond et descendre vers le bas. De leur longueur dépendra le plénum dont vous disposerez.

> Des rails : également appelés fourrures, ils serviront à maintenir les plaques de revêtement du faux plafond. Les rails se clipsent très simplement avec les suspentes pour un énorme gain de temps à l'installation (attention à prendre des références compatibles pour les deux).

> Des plaques de revêtement : pouvant être des plaques de PVC, de plâtre ou de bois selon le matériau que vous aurez choisi. Selon leur nature, leur pose diffère : le PVC s'agrafe ou se clipse tandis que le bois et le plâtre se vissent.

Vous aurez également besoin de divers matériels comme des vis adaptées (vis à Placo par exemple si vous avez choisi ce revêtement), de cordeau, d'un rouleau de calicot, ainsi que d'outils comme une perceuse, une visseuse, un mètre ruban, un niveau, sans oublier bien sûr les gants et lunettes de protection.

Première étape : les suspentes

Installer un faux plafond se fait par étapes.Commencez par marquer sur un mur la hauteur du faux plafond que vous voulez avoir. Soustrayez-en ensuite l'épaisseur de vos plaques afin d'avoir la hauteur à laquelle fixer les rails, en d'autres termes, la longueur de vos suspentes.

A partir de cette hauteur, tracez maintenant une ligne bien droite sur tous les murs de la pièce afin d'en faire votre repère.

A tout au plus 10 cm des murs, fixez maintenant une suspente au plafond et à chaque coin de la pièce (sur les solives idéalement). Leurs longueurs seront bien entendu calibrées sur la ligne précédemment tracée. Pour fixer les suspentes, vous devez les visser avec des vis de 31 cm minimum. Cela fait, reliez les 4 suspentes entre elles avec un cordeau. Ce cordeau vous servira de guide pour installer le reste.

En vous servant du cordeau pour avoir la bonne longueur, fixez les suspentes intermédiaires en vous y prenant rangée par rangée selon les règles suivantes : la distance entre chaque rangée sera de 120 cm maximum tandis que la distance entre deux suspentes d'une même rangée sera de 60 cm maximum. Il est impératif de toujours commencer la pose des suspentes en respectant ces règles pour pouvoir ensuite installer des plaques complètes. Arrivé près du mur opposé, il vous faudra sûrement découper des plaques afin de compléter le faux plafond, ce n'est pas bien grave.

Astuce : commencez par compléter les suspentes du premier rang puis celles du dernier rang. Reliez ensuite les suspentes de même niveau entre elles avec des cordeaux pour avoir un guide de longueur et de niveau qui vous simplifiera énormément la tâche quand vous allez installer les suspentes des rangs intermédiaires.

Deuxième étape : les rails

Retirez les cordeaux une fois toutes les suspentes installées. Prenez maintenant la mesure de la longueur de la pièce et reportez cette mesure moins 1 cm sur un rail. Découpez ensuite autant de rails que vous avez de lignes de suspentes (attention, lignes et non rangs) à cette longueur à l'aide d'une grignoteuse puis clipsez-les sur chaque ligne de suspentes (pour se faire, faites entrer la tête de chaque suspente dans le rail jusqu'à ce que vous entendiez un gros clac). S'il vous arrive d'avoir des rails beaucoup trop courts, vous pouvez utiliser une éclisse pour faire le raccord entre deux rails et ainsi avoir la bonne longueur.

Troisième étape : les plaques

Maintenant que vos rails sont posés, il est grand temps d'installer les plaques de revêtement. Ces plaques sont à visser aux rails tous les 30 cm en utilisant des vis adaptées. Ainsi, pour chaque rail avec lequel elle sera en contact, chaque plaque devra être vissée dessus en 3 points au moins. Veillez également à laisser un espace de quelques millimètres entre une plaque et un mur.

Pour découper une plaque (utile pour la pose de la dernière ligne de plaques), reportez vos mesures de part et d'autre de la largeur de la plaque puis tracez une ligne de coupe avec une règle de maçon. Sciez ensuite la plaque en suivant cette ligne pour ensuite la visser aux rails tout en prenant soin d'orienter le côté coupé vers le mur et non vers la plaque qui lui est adjacente.

Dernière étape : les finitions

Le faux plafond proprement dit est maintenant installé, mais ce n'est pas terminé car il vous reste la finition à faire ! Il vous faudra :
> Remplir les trous des vis d'une bonne couche d'enduit de rebouchage puis faire de même avec les espaces présents entre les plaques pour les jointer. Laissez sécher l'enduit après pose puis poncez le tout jusqu'à obtenir une surface parfaitement plane. Sans cette finition, les interstices et autres petits trous seront affreusement visibles sous la couche de peinture que vous appliquerez sur votre faux plafond.
> Jointer l'espace entre les murs et les plaques de revêtement. Pour cela il y a deux écoles : soit vous utilisez un joint périphérique suivi d'une bande de calicot et d'une couche d'enduit, soit du mastic acrylique ou polyuréthane que vous lisserez du bout de vos doigts mouillés. L'enduit, lui, sera à lisser avec un couteau à enduire pour un résultat impeccable.

Et voilà, votre faux plafond est fin prêt et il ne reste plus qu'à le peindre.

Par

Publié le

A lire ailleurs