Comment trouver chausson à son pied ?

Qu'on l'appelle espadrille, charentaise, babouche ou plus simplement pantoufle, la paire de chaussons que vous portez dans votre foyer se doit d'être un petit monde de confort, loin de la rigueur de nos cités. Car s'il est important d'être bien dans ses baskets, il est tout aussi essentiel d'être bien dans ses chaussons.

Comment trouver chausson à son pied ?

C'est décidé : les chaussettes sur le parquet, c'est du passé. Mais votre première paire de chaussons s'est pourtant révélée en deçà de vos attentes. Vous ne vous en doutiez pas, mais choisir son chausson révèle de la science.

Certes, ce n'est pas de l'astrophysique. Mais de son format à sa semelle, en passant par sa doublure et son rembourrage, de multiples aspects doivent guider votre choix.

Le format du chausson : plutôt mocassin ou pantoufle ?

Les conséquences les plus remarquables esthétiquement (mais aussi pratiquement) reposent sur la forme du chausson. D'un côté, le grand champion de la praticité et de la "traîne" à la maison, j'ai nommé : la pantoufle. De l'autre, le choix réfléchi, celui qui une fois enfilé ne se faufile pas sans votre volonté expresse : le mocassin. Et entre les deux, pour les différencier, une simple bande de tissu derrière le talon qui permet au chausson d'agripper votre pied en toute simplicité.

On évacuera rapidement de notre choix les outsiders que sont les tongs et les chaussons rigolos en forme de chat, lion, voiture et autre Simpson. Les tongs en raison de leur absence de protection contre le froid (et ne me dites pas que vous les mettez avec des chaussettes), les chaussons rigolos car ils sont encombrants, attrapent la poussière, et ont une semelle d'une qualité bien souvent en dessous de la moyenne.

On notera, entre les deux grandes catégories, que le mocassin sera plus adapté sur surfaces accidentées et protégera votre pied des liquides quel que soit leur angle d'attaque. Ce désavantage présenté par la pantoufle se retrouve comblé par la facilité de celle-ci à être enfilée.

La matière : l'avantage du cuir

C'est sur ce point que l'on distingue les véritables aficionados de la savate de ceux pour qui le sujet ne suscite qu'un pâle enthousiasme. Les vulgaires chaussons de supermarché n'aident pas, de ce point de vue, à l'éducation pédiatrique des chalands. Sur des rangées sans fin s'étalent des mules dont bien souvent la seule couleur diffère. Pourtant, un jour béni, vous pourriez bien tomber vous aussi sur des chaussons en cuir.

L'avantage du cuir sur les autres matières est qu'il laisse le pied respirer. C'est une matière naturelle, bien plus résistante que les fibres synthétiques. Le cuir s'adapte au pied qu'il contient, et se déforme juste assez pour demeurer à la fois résistant et confortable. Mais attention à ne pas vous faire prendre par l'appellation "genuine leather", qui se traduirait mot à mot en français par "cuir véritable", mais qui, par une bizarrerie du langage, désigne en réalité du simili-cuir.

Petite note également sur le feutre qui est à éliminer : celui-ci bouloche et se perce facilement.

Doublure et rembourrage, pour un maximum de gain de chaleur

On entre à partir de maintenant dans la nuance et la subtilité. La doublure de votre future paire de chausse préférée doit être choisie avec soin. Si elle est en mousse, essayez de vérifier par une pression de vos doigts la densité de celle-ci. D'un modèle à l'autre, elle peut diamétralement varier et se faire durement ressentir à l'usage. Les modèles à mémoire de forme ne sont pas forcément les meilleurs s'ils s'affaissent trop et vous laissent marcher à même le sol.

Concernant la matière de la doublure, privilégiez ici aussi les matériaux naturels. La laine ne trouvera aucun concurrent à sa hauteur dans les matériaux synthétiques. Sur le long terme, ces derniers deviennent inconfortables, en plus de mal évacuer la transpiration et de retenir les mauvaises odeurs.

Si vous en avez l'occasion, une astuce sans faille pour connaître la matière du chausson est d'en arracher un fil et de le faire brûler. S'il se rétracte en une petite balle, c'est qu'il est fait de matière synthétique. Une odeur de grillé similaire à celle de poils humains indique pour sa part que le poil est bien d'origine animale.

Une semelle qui tient la route

Idéalement, la semelle en plastique devrait remonter de part et d'autre du chausson, devant, sur les côtés, mais aussi derrière. Cela permet de protéger de l'environnement extérieur lorsque les chaussons seront mis pour sortir (étonnamment, ils le seront, même pour peu de temps, comme pour sortir la poubelle). Évitez surtout les pads (ou tampons) qui glissent sur le sol, ceux-là prendront l'eau aisément.

En plus de demander un minimum d'étanchéité à votre future paire, demandez-lui une certaine résistance. Si la semelle vous paraît trop fine, n'y réfléchissez pas à deux fois et éliminez-la. Il n'y a rien de plus désagréable que de découvrir un trou sous votre semelle après quelques semaines d'utilisation. Le froid s'y infiltrera invariablement, et l'imperméabilité sera compromise.

Une fois votre paire parfaite achetée, vous y aurez peut-être mis le prix. Protéger votre investissement avec un spray anti-tâche sera une décision particulièrement avisée !

Par

Publié le

A lire ailleurs