Les briques en plastique, l'avenir de la construction

Les déchets en plastique polluent la planète mais pourquoi tenter de les éliminer quand on peut tout simplement les transformer. Dès demain, nos habitats pourraient ainsi être construits à partir de briques en plastique. Car au-delà de l'aspect écologique, ce matériau a bien des qualités, de son faible coût de production à son incroyable résistance.

Les briques en plastique, l'avenir de la construction

Le fléau des déchets plastiques jetés dans la nature sévit aux quatre coins de la planète. Mais plutôt que d'essayer de limiter leur nombre, plusieurs inventeurs de génie ont eu la fabuleuse idée de les transformer en briques de plastique recyclé.

En Côte d'Ivoire, elles servent désormais à fabriquer des salles de classe. En Inde, elles pourraient très vite être utilisées pour bâtir les maisons. Les briques en plastique semblent donc plus que jamais être l'avenir de la construction.

Deux inventeurs, deux techniques

La pollution causée par les déchets plastiques est un fléau qui ne semble épargner aucune région du monde. Elle a alors inspiré en Nouvelle-Zélande un inventeur de génie. Peter Lewis vient ainsi de mettre au point une machine révolutionnaire. Car si le simple fait de recycler un plastique usé ou sale pose encore problème de nos jours, le Néo-Zélandais parvient lui avec une seule et même machine à laver, sécher, hacher mais aussi compresser les déchets récoltés pour en faire des blocs de construction. Sans aucun gaspillage de déchets, nettoyage préalable ou ajout de produits chimiques ou de rembourrage, Peter Lewis est ainsi capable de produire une brique de 10 kg toutes les 40 secondes. Un système tout simplement révolutionnaire.

Mais le Néo-Zélandais n'est pas le seul à avoir eu cette idée de génie. Alors qu'elle voyage en Inde, Lise Fuglsang Vestergaard découvre les problèmes sanitaires que posent dans ce pays les déchets plastiques souples non recyclés. La jeune danoise réalise au même moment que les matériaux utilisés pour la construction des habitations en briques d'argile résistent mal aux moussons. Elle a alors l'idée ingénieuse de créer des briques en utilisant des déchets souples comme les sacs plastiques. Résultat, elle gagne en novembre 2014 le concours de la meilleure invention au Danemark. Contrairement à la technique de Peter Lewis, le plastique n'est pas compressé mais chauffé. L'avantage de cette méthode, c'est qu'elle permet d'incorporer dans sa composition jusqu'à 60 % de déchets contenant de l'aluminium, comme les emballages de barres chocolatées souvent difficiles à recycler.

Peter Lewis

Un atout pour les bâtiments du futur

La machine de Peter Lewis et l'invention de Lise Fuglsang Vestergaard nous prouvent une chose. Si le plastique est un problème aujourd'hui, il pourrait très vite devenir un atout dans le secteur du bâtiment demain.

Car débarrasser la planète de ses déchets n'est pas le seul avantage de ces briques en plastique recyclé. Elles sont aussi et avant tout des matériaux de construction de qualité. Très peu coûteuse à la production, la fabrication des briques de Peter Lewis émettrait 95 % de gaz à effet de serre en moins que celle du béton. Incassables, elles supporteraient une compression de 1000 fois leur poids. En s'imbriquant comme des Lego, leur assemblage est, qui plus est, un jeu d'enfant.

Lise Fuglsang n'a pourtant pas à rougir de ces performances. Car ses briques, bien que faites de plastique souple, sont d'une résistance extraordinaire. Elles supporteraient ainsi jusqu'à six tonnes de pression. De quoi envisager ses créations comme de sérieuses concurrentes à venir pour les blocs de construction traditionnels.

Des salles de classe en Côte d'Ivoire

La Côte d'Ivoire a rapidement été séduite par cette innovation. À l'été 2019, la première usine africaine de fabrication de briques en plastique recyclé, fruit de la collaboration entre l'UNICEF et l'entreprise colombienne Conceptos Plásticos, a ainsi vu le jour sur son territoire.

Il faut dire que le pays a très vite compris l'intérêt qu'il pouvait avoir à investir dans ce type de matériau. En Côte d'Ivoire, seuls 5 % des déchets plastiques sont ainsi recyclés. Dans le même temps, le pays manque cruellement d'infrastructures pour accueillir ses écoliers.

Les briques en plastique recyclé étant 40 % moins chères que les matériaux de construction classiques, 20 % plus légères, bien isolées, ignifugées et ayant une durée de vie bien plus importantes que les autres types de matériaux, le calcul a rapidement été fait et le pays a choisi cette option pour la construction de ses salles de classe. De nombreux pays lui emboîteront le pas, cela ne fait aucun doute.

Par

Publié le

A lire ailleurs