Les avantages et inconvénients d'un sol en vinyle

Un temps traité de ringard, le sol en vinyle regagne aujourd'hui en popularité. Il faut dire qu'il possède de sacrés avantages et mérite amplement une place dans notre maison. Mais comme tous les revêtements, ce matériau possède également ses petits inconvénients.

Les avantages et inconvénients d'un sol en vinyle

Ce que l'on entend communément par "sol en vinyle" est en fait un revêtement en PVC souple fait en chlorure ou polychlorure de vinyle, d'où son appellation. Le revêtement vinyle pour sol se décline en deux formats : en rouleau ou en format modulaire (conditionné en lames, en dalles, etc.).

Sa pose se fait avec de la colle, de l'adhésif (certains sont même auto-adhésifs) ou, pour ceux au format modulaire, par clip.

Les avantages d'un sol en vinyle

Tout d'abord, il y a sa facilité de pose. La version auto-adhésive du sol en vinyle est même repositionnable (généralement), ce qui est pratique pour masquer parfaitement les démarcations quand on pose un modèle à motif. Et s'il n'est pas auto-adhésif, un simple ruban double face permet de le poser sans abîmer le support, même si on peut aussi utiliser de la colle pour moquette. Quant aux modèles clipsables, ils offrent l'avantage de pouvoir être posés directement sur un revêtement déjà existant. Carreau, moquette ou parquet, cela ne fait aucune différence pourvu, évidemment, que le support soit sec, parfaitement plat et bien propre.

Ensuite, le sol en vinyle est disponible en une ribambelle de couleurs et de motifs. Le choix est réellement vaste et ne se limite plus aux seuls dessins psychédéliques qu'on lui a connus. Désormais, le vinyle imite même à la perfection des types de revêtements très à la mode : marbre, parquet, béton brut ou métal, tout est possible.

Le sol en vinyle résiste aussi très bien à l'humidité, aux UV, et est facile d'entretien. D'ailleurs, il est possible de le laver à grande eau sans problème, même si une serpillière et du savon font largement l'affaire. En complément, c'est aussi un bon isolant thermique et phonique.

Enfin, le meilleur pour la fin, le vinyle est un revêtement peu onéreux : comptez entre 3 et 35 euros le m² environ selon le modèle.

Les inconvénients d'un revêtement en vinyle

Parmi les points faibles du vinyle, citons sa faible résistance à l'usure. Des robustes, il en existe évidemment, mais il va falloir alors monter en gamme et revoir son budget à la hausse. Quoi qu'il en soit, la durée de vie d'un sol en vinyle restera toujours inférieure à celle d'un sol en lino, son plus proche concurrent.

Ce produit étant fabriqué avec du plastique, il faudra aussi faire attention à son inflammabilité et il ne faut évidemment choisir que ceux qui résistent bien aux flammes. La résistance au feu est représentée par la lettre M suivit d'un chiffre entre 0 (ininflammable) et 5 (très facilement inflammable).

Autre conséquence de son origine plastique : le vinyle est susceptible de contenir des polluants, notamment du plastifiant toxique comme du phtalate. Si c'est surtout vrai pour les premiers prix, le risque n'en est pas moins présent sur les gammes supérieures. La solution serait alors de s'orienter vers des produits dont on est sûr qu'ils sont exempts de phtalate et surtout dont le taux d'émission de COV (composés organiques volatils) à 28 jours leur permet d'être classé A+.

Enfin, attention aux projections d'eau, un sol en vinyle est une surface glissante quand elle est mouillée. Si l'on compte mettre ce revêtement dans une pièce d'eau, mieux vaut alors opter pour un vinyle antidérapant afin d'éviter les accidents.

Par

Publié le

A lire ailleurs