4 règles pour changer vos mauvaises habitudes

Au programme des bonnes résolutions de chaque nouvelle année, changer ses mauvaises habitudes est souvent perçu comme le parcours du combattant. Selon la science pourtant, il suffirait de s'y tenir quelques semaines pour qu'une nouvelle habitude devienne une seconde nature.

4 règles pour changer vos mauvaises habitudes

Manger plus sain, arrêter de fumer, faire du sport, lâcher son téléphone, les bons comportements que l'on souhaiterait à tout prix faire nôtres ne manquent pas. Mais comment s'y prendre pour enfin parvenir à changer un domaine de notre vie et surtout, combien de temps s'y tenir ?

Voici 4 règles élémentaires qui devraient vous aider à réussir votre pari, celui de dire adieu à vos mauvaises habitudes.

1. Définir avec clarté la bonne habitude à adopter

Cela paraît simple et pourtant, derrière les bonnes résolutions que nous prenons se cachent souvent d'autres objectifs moins évidents. Manger plus sainement est une envie courante. Elle n'a pourtant pas la même finalité pour tous. Pour certains, il s'agit de changer son apparence afin de se sentir plus en confiance. Pour d'autres, il sera question de prendre soin de sa santé.

Et poser des mots sur ses objectifs est primordial pour parvenir à s'y tenir. Avant de mettre toutes ses forces dans le changement, on commence donc par faire le bilan de sa vie et de ses envies pour la suite. Chaque nouvelle habitude doit ainsi être formulée simplement mais clairement pour bien la garder en tête. Dans l'idéal, on l'écrira sur un carnet spécialement dédié et on n'hésitera pas à redéfinir ou repréciser son objectif au fur et à mesure de la progression.

2. Trouver les bonnes raisons de s'y mettre

Après avoir répondu à la question "quoi", l'heure est venue de se demander "pourquoi" ? Pourquoi faire des efforts, pourquoi sortir de sa zone de confort et de sa routine ? Là encore, formuler explicitement les choses aide à garder le cap. Alors qu'avec le temps le doute et la lassitude montreront le bout de leur nez, revenir à l'essentiel, au besoin profond qui nous aura motivé à changer sera la clé pour retrouver l'envie.

On reprend donc son petit carnet pour y résumer en quelques phrases les motivations profondes qui nous animent. On pourra également noter au fil du temps tout ce qu'on aura gagné à changer.

3. Trouver un bon comportement de remplacement

Choisir un bon comportement de remplacement est sans aucun doute l'une des astuces les plus efficaces pour quitter une mauvaise habitude. Lorsque l'envie de grignoter se fait sentir alors que vous n'avez pas faim, remplacez par exemple la prise alimentaire par une méditation de 10 petites minutes.

Cette astuce fonctionne ainsi pour la plupart des bonnes résolutions. Envie de fumer ? Dégustez quelques fruits frais, mâchez un chewing-gum ou buvez un grand verre d'eau fraîche à chaque envie de cigarette. Besoin de vous déconnecter ? Verrouillez les applications de smartphone chronophages et ouvrez un livre chaque fois que l'ennui pointe le bout de son nez. Cette activité de substitution permet ainsi d'échapper au vide laissé par la fin d'une mauvaise habitude.

lecture

4. Tenir le coup pendant 66 jours

Prendre de bonnes résolutions n'a d'intérêt que si l'on s'y tient. Une bonne habitude doit en effet être répétée suffisamment de fois avant de devenir une seconde nature. En 2009, l'University College London s'intéressait ainsi au temps nécessaire pour changer ses habitudes durablement. Le mode de vie de 96 personnes avait alors été passé au crible pendant 12 semaines. L'analyse des données recueillies montrait alors que pour intégrer durablement une nouvelle habitude à son quotidien, il fallait s'y tenir fermement 66 jours durant.

Deux mois, voilà donc le temps qu'il nous faudrait pour enfin parvenir à devenir sans se forcer non fumeur, végétarien, sportif ou pro de la méditation. Un objectif tangible et atteignable qui nous montre que si les débuts d'une nouvelle vie peuvent être chaotiques, nos efforts portent toujours leurs fruits, parfois même plus vite qu'on ne l'imagine !

Par

Publié le

A lire ailleurs