Une seule télécommande pour tous vos objets connectés

Publié le , par Carole Guidon
Une seule télécommande pour tous vos objets connectés
Photo: Otodo

Aux côtés des géants américains, de nombreuses start-up se lancent sur le marché de la maison connectée. C'est le cas de Otodo, dont le créateur Eric Denoyer n'est autre que l'ancien patron de Numericable.

Il dévoile aujourd'hui son nouveau projet : un hub universel capable de contrôler tous les objets de la maison, y compris les plus inattendus. Pas besoin en effet de disposer d'objets derniers cris, l'appareil fonctionne avec des accessoires aussi courants qu'un volet roulant, un portail ou une porte de garage à condition que ceux-ci marchent avec une télécommande.

Car ce que propose Otodo, c'est une véritable télécommande universelle. L'appareil détecte les objets connectés de la maison et permet de les regrouper dans une application smartphone dédiée. De quoi se simplifier la vie et rendre l'expérience utilisateur plus agréable.

Si cette technologie n'est pas nouvelle, Eric Denoyer a des ambitions clairement différentes de ses concurrents. Il confiait ainsi à BFM Business vouloir "démocratiser le smart home" qui, regrette-t-il, est encore perçu aujourd'hui comme "compliqué, coûteux, pas très utile et finalement pas très utilisé".

Il envisage ainsi de se rapprocher des opérateurs télécoms pour que cette technologie devienne un véritable service de base comme le téléphone et internet. On peut ainsi imaginer, dans un futur proche, que la télécommande universelle Otodo soit livrée avec notre box internet.

Voilà une approche qui pourrait en effet permettre à toutes et à tous d'entrer dans l'univers de la domotique et de démocratiser ces nouvelles technologies. L'appareil n'est malheureusement pour l'heure pas disponible sur le marché. Impossible donc de savoir à quel prix il sera commercialisé, car c'est bien là le nerf de la guerre, le coût d'un accessoire que peu de consommateurs perçoivent comme indispensable. Mais cela, Eric Denoyer semble l'avoir bien compris. Affaire à suivre...