Un sommeil court plus bénéfique qu'une nuit interrompue

Publié le , par Carole Guidon
Un sommeil court plus bénéfique qu'une nuit interrompue
Photo: Patrisyu / FreeDigitalPhotos.net

Le saviez-vous ? Une nuit de sommeil même trop courte serait plus bénéfique qu'une nuit de sommeil fractionnée. C'est ce que nous révèle aujourd'hui une étude américaine menée par des scientifiques de l'Université de John Hopkins à Baltimore, aux États-Unis.

Avant d'en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont étudié le sommeil de 62 participants étant tous en bonne condition physique et n'ayant pas à se plaindre de troubles du sommeil.

Séparés en trois groupes distincts, les participants ont été pour les uns, réveillés de force plusieurs fois dans la nuit, pour les autres, empêchés de trouver le sommeil tôt. Les derniers, quant à eux, ont eu la chance de dormir sans interruption sur la même durée. Les tests ont été répétés sur trois nuits.

Après chaque nuit de sommeil, les participants devaient répondre à des questions quant à leur sentiment de bonne ou de mauvaise humeur. Après deux nuits de sommeil, les participants ayant eu à faire face à des réveils forcés ont vu leur humeur positive chuter de 31% quand dans le même temps, ceux ayant dû s'endormir tardivement ne voyait leur bonne humeur chuter que de 12%.

De plus, le groupe des « réveillés » avait des phases de sommeil profond raccourcies par rapport aux deux autres groupes. Leur sommeil était donc moins réparateur.

Face à ces résultats, les chercheurs ont alors pointé du doigt la potentielle relation entre insomnie et dépression. Voilà donc qui devrait aider à guérir ceux qui souffrent aujourd'hui de ces deux affections.

>> A LIRE AUSSI : Quelle est la durée idéale du sommeil ?