Ronflements : hommes et femmes à égalité

Ronflements : hommes et femmes à égalité

Qui des hommes et des femmes ronflent le plus et le plus fort ? Comme une majorité de gens, il y a fort à parier que vous pensiez aux hommes. Et comme les principaux intéressés, vous avez tort ou presque. C'est ce que vient de révéler une étude menée par Nimrod Maimon, professeur à l'Université de Ben-Gourion en Israël.

L'équipe de chercheurs s'est ainsi intéressée aux ronflements chez les adultes souffrant de troubles du sommeil. Ils ont alors demandé à 1913 participants de remplir un questionnaire concernant ce désagrément et son intensité.

Les sujets de l'étude - dont la moyenne d'âge était de 49 ans - ont ensuite passé une nuit en observation. Et les résultats sont sans appel. Les femmes avouent moins facilement que les hommes qu'elles ronflent. Elles souffrent pourtant tout autant de ce désagrément que la gent masculine.

Pour preuve, 72% des femmes interrogées seulement déclaraient ronfler dans leur questionnaire. 88% d'entre elles l'ont pourtant fait au cours de leur nuit d'observation. Chez les hommes, c'est plutôt l'inverse. Si 93,1% déclaraient ronfler, seuls 92,6% ont pu être observés en train de le faire. Voilà donc qui place hommes et femmes sur un même pied d'égalité ou presque.

Du côté de l'intensité des sons produits, même constat. Les pics d'intensité ont été enregistrés à 51,7 décibels pour la gent masculine contre 50 décibels pour ces dames. C'est donc une égalité sonore quasi parfaite entre les deux sexes.

Reste à savoir ce qui explique que les femmes se sous-estiment lorsqu'on leur demande si elles souffrent de ce problème ou non. Gêne ou idée-reçue ? Quoi qu'il en soit, cela n'est pas sans conséquences. Car voilà qui pourrait en effet empêcher de diagnostiquer un trouble du sommeil bien connu : l'apnée du sommeil.

Il est donc important de rappeler aussi souvent que nécessaire que face aux ronflements, hommes et femmes sont logés à la même enseigne.

Par

Publié le