Pesticides : voici les fruits et légumes contaminés

Publié le , par Carole Guidon
Pesticides : voici les fruits et légumes contaminés

La présence de résidus de pesticides dans l'alimentation inquiète de plus en plus les consommateurs. Si leurs conséquences sur la santé donnent encore lieu à quelques débats houleux, désormais on en sait plus sur le pourcentage de fruits et légumes qui en contiennent.

L'association Générations Futures vient en effet de dévoiler les résultats de son étude pour laquelle elle a passé en revue les résultats d'analyse de 11 103 échantillons de 33 légumes et 19 fruits non bio, consommés en France sur 5 ans. On apprend ainsi que dans 73% des échantillons de fruits et dans 41% des échantillons de légumes analysés, des résidus de pesticides ont été découverts.

Du côté des fruits, le raisin est celui dans lequel on retrouve le plus souvent des pesticides. 89% des échantillons de raisin analysés contenaient des résidus de pesticides quantifiables. Viennent ensuite les clémentines/mandarines (88,4%), les cerises (88,7%), les pamplemousses (85,7%) et les fraises (83%).

Les fruits testés qui s'en sortent le mieux sont les avocats, les kiwis et les prunes/mirabelles avec respectivement 23,1%, 27,1% et 34,8% des échantillons analysés contenant des résidus de pesticides.

Du côté des légumes, les plus mauvais élèves sont le céleri branche, les herbes fraîches, les endives, le céleri rave et la laitue avec respectivement 84,6%, 74,5%, 72,7%, 71,7% et 65,8% des échantillons testés présentant des résidus de pesticides quantifiables.

Ce sont le maïs (1,9%), les asperges (3,2%), les betteraves (4,4%), les choux fleurs (6,7%) et les patates douces (7,4%) qui sont les mieux notés.

Ces disparités ne sont pas le résultat du nombre de traitements reçus par les fruits et les légumes, mais plutôt la conséquence du mode de culture, certains fruits et légumes étant plus exposés aux produits que d'autres, s'ils sont enterrés ou non par exemple.

Voilà des résultats qui devraient pousser les consommateurs à se diriger encore davantage vers les produits bio, alors que ces derniers séduisent de plus en plus.