Lumière bleue : attention danger !

Lumière bleue : attention danger !

Elles sont omniprésentes dans notre quotidien, les lumières LED sont pourtant pointées du doigt par des chercheurs français. L'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) alerte ainsi dans un rapport rendu public en mai 2019 contre la toxicité de la fameuse lumière bleue.

Car c'est bien notre exposition chronique aux LED qui pose problème. Télévision, téléphone, tablette mais aussi jouets, guirlandes lumineuses, panneaux d'affichage, et même phares des voitures, elles sont partout. Et nous pourrions en payer rapidement le prix fort.

Ce sont d'abord nos yeux qui subissent de plein fouet cette exposition massive à la lumière bleue. Les chercheurs expliquent ainsi que les LED sont particulièrement toxiques pour la rétine. Est alors observée une baisse de la vue mais pas seulement. Le risque de souffrir de DMLA (dégénérescence maculaire liée à l'âge) serait aussi fortement augmenté.

Tout aussi inquiétant, la présence de ce type de lumière dans notre environnement le soir perturberait notre rythme biologique. On le sait en effet, la sécrétion de l'hormone du sommeil, la mélatonine, est directement liée à l'alternance jour/nuit. La perturbation de ce mécanisme entraînerait alors des troubles du sommeil.

Mais ce n'est pas tout, un rythme biologique déréglé serait également impliqué dans l'apparition de l'obésité, du diabète, de maladies cardiovasculaires et même de cancers. Les chercheurs préconisent alors de limiter tant bien que mal notre utilisation d'accessoires fonctionnant avec des LED. Ils insistent d'ailleurs sur une vigilance accrue à avoir chez les enfants, dont le cristallin clair ne filtre pas aussi bien la lumière qu'un adulte.

S'il n'est pas possible de les supprimer complètement, mieux vaut alors opter pour un éclairage blanc chaud moins nocif. Certains smartphones permettent notamment de basculer l'appareil en mode nuit. L'écran affiche alors une lumière beaucoup plus chaude. Un bon début, en attendant d'autres dispositifs.

Par

Publié le