L'avocat n'est pas si bon que l'on croit

Publié le , par Carole Guidon
L'avocat n'est pas si bon que l'on croit
Photo: Apolonia / FreeDigitalPhotos.net

On l'adore ou on le déteste, l'avocat est pourtant devenu l'un des fruits préférés des Européens. Bon pour le goût, il l'est aussi pour la santé. Bien que gras et calorique, il regorge en effet d'acides gras insaturés, de vitamines et d'acide oléique.

Il est également le produit chouchou des végans qui refusent de consommer des produits d'origine animale et est ainsi utilisé dans de nombreuses recettes en remplacement des œufs ou du beurre.

Végans ou pas, nous en consommons en quantité chaque année et c'est bien là le problème. Car le magazine allemand « Die Zeit » nous révèle cette semaine que la culture des avocats est un véritable désastre écologique, notamment en Afrique du Sud.

La production d'un kilo d'avocats nécessite en moyenne 1000 litres d'eau. Et un kilo d'avocats, c'est l'équivalent de 2 fruits et demi seulement. En comparaison, la culture des tomates ne représente que 180 litres d'eau pour un kilo.

Et ce n'est pas fini : durant le transport la nouvelle star des Européens est conservée dans un container climatisé, ce qui là aussi représente une consommation d'énergie considérable en plus des différents traitements (mûrissement artificiel, tri) qu'elle devra subir à son arrivée en Europe.

Un fruit qui pèse lourd d'un point de vue écologique et dont il serait bon de limiter la consommation.