Jardiner serait aussi bon pour la santé que la gym

Jardiner serait aussi bon pour la santé que la gym

Pour vivre en pleine santé, on le sait, il faut bien manger, mais aussi bien bouger ! Pas toujours facile pourtant, faute de temps ou d'envie de s'adonner à une activité physique régulièrement. Mais ce casse-tête pourrait bien être terminé. Car des chercheurs affirment désormais que les activités de loisirs comme le jardinage seraient tout aussi bénéfiques pour la santé que des séances de gym.

Pour en arriver à ces conclusions, ils ont passé au crible pas moins de 11 années de données recueillies auprès de 90.000 personnes et fournies par le National Health Interview Survey. Et les chiffres qu'ils avancent quant aux bienfaits de ces pratiques sont surprenants.

Ainsi, pratiquer une activité de loisirs de 10 à 60 minutes par semaine permettrait de réduire de 18% le risque de mortalité. De 2 à 5 heures par semaine, les chiffres sont encore plus éloquents. Le risque de mortalité par rapport à une personne sédentaire serait diminué de 31%.

Et pour cause, jardiner, danser ou se promener dans la nature oblige à bouger, parfois tout autant que certains sports. La différence ? On prend généralement plus de plaisir à s'adonner à ces activités qui ont l'avantage d'être à la portée de tous (ou presque), aussi bien financièrement que physiquement.

Mais les effets d'activités telles que le jardinage ne s'arrêtent pas à la santé physique. La santé mentale peut elle aussi être améliorée grâce à ce type de pratiques. Elles permettraient ainsi d'apaiser l'anxiété et de soigner la dépression.

Autre avantage : parce qu'elles sont plus agréables elles requièrent moins de motivation pour s'y tenir. Et ce n'est pas rien. Car pour sa santé, bouger quelques fois par an n'est pas suffisant. Il faudrait ainsi prendre le temps de bouger un peu tous les jours ou toutes les semaines. On a donc peut-être trouvé une solution à ce problème qu'est la sédentarité.

>> A LIRE AUSSI : 5 bonnes raisons de se mettre au jardinage

Par

Publié le

A lire ailleurs