Bien manger réduirait les risques de dépression

Bien manger réduirait les risques de dépression

On le sait, bien manger est primordial pour être en forme physiquement. Mais ce dont on se doutait moins en revanche, c'est qu'une bonne alimentation aurait aussi un impact sur notre santé mentale.

C'est en tout cas ce que semble indiquer une étude menée par l'INSERM et l'Université de Montpellier. Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont analysé les données de 36.556 adultes en se concentrant donc sur leur mode d'alimentation et leur état psychologique. Et ce qu'ils ont découvert est surprenant.

Un régime méditerranéen faisant la part belle aux fruits, légumes, poissons gras, noix, légumineuses, céréales et huile d'olive serait ainsi associé à une diminution de 33% du risque de souffrir de dépression.

À l'inverse, une alimentation riche en acides gras saturés, en sucre et en produits transformés - responsables d'une inflammation chronique dans le corps - est associée à un risque majoré de souffrir de troubles dépressifs. Surprenant ? Pas vraiment ! Car ce que l'on ingère agit directement sur le microbiote intestinal, qui lui-même est lié au cerveau. Voilà comment l'alimentation peut impacter la santé mentale d'un individu.

Et cette étude est intéressante parce qu'elle prouve une fois de plus que le corps et l'esprit sont étroitement liés. Si la psychothérapie est le traitement incontournable pour soigner les troubles dépressifs, on sait que des thérapies complémentaires peuvent aussi aider à les soulager. Ainsi, pratiquer une activité physique permet de se sentir aussi bien dans son corps que dans sa tête grâce aux endorphines qu'elle libère. Mais on apprenait aussi récemment que prendre un bain chaud pouvait aider les personnes déprimées à améliorer leurs symptômes.

Désormais donc, l'alimentation pourrait se présenter comme une approche incontournable dans le traitement des troubles dépressifs. Un nouvel espoir pour les quelque 300 millions de personnes dans le monde qui souffriraient de cette affection.

Par

Publié le