Alimentation : le soja pointé du doigt

Alimentation : le soja pointé du doigt

Cela fait plusieurs années déjà que la consommation de soja fait débat. C'est désormais à l'UFC-Que choisir de s'emparer du sujet et de livrer sa propre expertise.

L'association de défense des consommateurs, habituée à tester les aliments, les produits d'entretien et les cosmétiques régulièrement utilisés par les Français, a jeté son dévolu sur les produits à base de soja (graines, tofu, lait...). Et c'est un rapport alarmiste qu'elle a rendu public en mai 2019. Et pour cause... Parmi les 55 aliments contenant du soja testés, de nombreux produits dépassent très largement la dose maximale à consommer quotidiennement recommandée par les autorités sanitaires.

Voilà qui pourrait donc mettre en danger la santé de la population. Car on le rappelle, le soja contient naturellement des phytoœstrogènes, très proches des hormones féminines que sont les œstrogènes. En consommer régulièrement et en trop grande quantité serait donc, selon l'association de consommateurs, préjudiciable pour la santé. Car ces phytoœstrogènes sont suspectés d'appartenir à la famille des perturbateurs endocriniens. En interférant avec le système hormonal, ces derniers pourraient induire cancers, problèmes chez le fœtus et baisse de la fertilité.

L'UFC-Que choisir n'a donc pas attendu pour saisir les autorités sanitaires afin que des mesures soient prises au plus vite pour protéger la population de ces produits jugés néfastes, en réévaluant notamment les doses maximales obligatoires dans les produits. En attendant que des décisions soient prises en ce sens, il est recommandé aux enfants de moins de 3 ans et aux femmes enceintes d'éviter ce type d'aliments. Quant aux autres, l'UFC préconise de ne pas manger plus d'un produit par jour contenant du soja.

Un problème de taille pour les personnes végans qui voyaient en ces produits des substituts parfaits à la viande. En attendant d'y voir plus clair, mieux vaut pourtant les éviter et privilégier d'autres sources de protéines.

Par

Publié le