Wabi sabi, revenir à l'essentiel pour être plus heureux

Le Wabi Sabi est un concept subtil qui trouve ses racines dans des principes bouddhiste et taoïstes. Cette philosophie prône un retour à la simplicité, via l'appréciation des choses imparfaites et éphémères, qui nous aiderait à positiver dans la vie. On peut donc l'appliquer à notre vie quotidienne pour davantage de bien-être.

Wabi sabi, revenir à l'essentiel pour être plus heureux

Mieux vivre en abandonnant le superflu et apprendre à apprécier la beauté des choses imparfaites pourrait être une explication au concept japonais de Wabi Sabi. Mais cette notion, profonde, qui puise ses racines dans le Zen, trouve des applications dans des domaines aussi variés que l'art ou la décoration intérieure, et elle peut servir de mode de vie au quotidien.

Tentons de percer les mystères de ce concept typiquement nippon.

Un concept esthétique et spirituel

Pour comprendre le concept japonais de Wabi Sabi, il est intéressant d'analyser les Kanji qui le forme : le premier, 侘 (Wabi), renvoi à une notion de tristesse, de solitude, d'humilité mais également à la simplicité et surtout à la force et à la grandeur de la Nature.

Le second caractère, 寂 (Sabi), est porteur du sens de décrépitude, d'imperfection des choses naturelles qui nous entourent, voire du temps qui passe. On peut par exemple parler de Sabi en évoquant la rouille sur un morceau de fer, l'érosion d'une pierre ou toute forme d'usure provoquée par le temps.

Combinés, ces kanji forment donc le Wabi-Sabi, une notion complexe qui renvoie l'homme à la petitesse de son existence, à l'acceptation de celle-ci et à la fragilité de sa vie. Mais ce concept porte également une notion d'espoir, qui nous fait comprendre que le temps abîme mais n'ôte pas pour autant la beauté des choses.

Et si on laissait faire le temps ?

On peut ainsi appliquer cette vision à différentes pratiques. Choisir de suivre la voie du Wabi-Sabi pour décorer son intérieur peut être une façon simple de profiter des bienfaits de cette philosophie. On donnera, dans cette forme de décoration, plus de place aux couleurs et aux matières naturelles, avec l'usage du bois, du tissu, du cuir… Des matériaux qui vont subir l'usure du temps, ce qui nous permettra de nous imprégner de la notion de Wabi Sabi.

Il y a bien une forme de refus de la surconsommation dans les préceptes de cette philosophie, puisqu'on apprend à apprécier ce qui vieillit, sans chercher à le remplacer à la moindre égratignure. On retrouve ce qui fait la beauté du Kintsugi, un art qui s'imbrique parfaitement dans le concept de Wabi-Sabi.

A l'inverse de ce que prône la fameuse Marie Kondo avec sa solution de rangement parfait, le Wabi Sabi consisterait plutôt à laisser votre maison vivre, comme si elle possédait une âme. Ne pas chercher à tout contrôler, mais plutôt apprécier l'imperfection qui nous entoure.

De quoi opter pour un mode de vie quotidien nouveau, laissant plus de place au naturel et à l'acceptation des défauts du monde et de ses individus.

Vers une vie plus simple et plus intense

Choisir de pratiquer le Wabi Sabi dans la vie de tous les jours revient à faire le choix de plus de modestie et d'un retour à l'essentiel qui peut être bienfaiteur. Alors que la société nous inonde de technologies et nous vante les vertus de la perfection, que ce soit dans les objets ou dans les corps, on peut faire comme ce moine qui a théorisé le concept de Wabi Sabi : lassé du luxe des cérémonies du thé de l'époque, il a choisi un retour à la simplicité via l'usage de tasse et de théière bien plus rustiques. Une manière de se souvenir qu'on peut vivre sobrement.

Cette notion japonaise vante également les mérites d'une vie plus qualitative, avec des rapports humains plus vrais et plus intenses, plutôt qu'une consommation superficielle des bons moments. Tout un art de vivre et de penser, qui rappelle que ce monde est imparfait et qu'il faut savoir l'apprécier tel qu'il est.

Par

Publié le