Votre chien mérite une éducation positive

Rencontre avec Irène Sautelet, éducateur canin

S'asseoir, lever la patte et même rapporter le journal, autant de petites choses que beaucoup souhaitent apprendre à leur chien. Et si en plus, ça peut se faire en douceur, c'est encore mieux. Si vous rêvez d'une relation harmonieuse avec votre toutou, vous serez tenté par une grande tendance : l'éducation positive. Voici quelques précisions grâce à Irène Sautelet, comportementaliste et éducateur canin en région parisienne.

Votre chien mérite une éducation positive

Pouvez-vous décrire brièvement l'éducation canine positive ?
L’éducation canine positive est avant tout une philosophie : c’est vouloir éduquer les chiens en prenant en compte leurs émotions et leur sensibilité. Les chiens n’ont aucune idée des règles de société humaines, du bien et du mal, ni même de la notion de punition. En accueillant un chiot ou un chien adulte, nous avons la responsabilité de lui apprendre à « bien » se comporter (de notre point de vue humain), non pas en sanctionnant les comportements qui ne nous conviennent pas alors que ce sont des comportements canins normaux, mais en le guidant et en le récompensant lorsqu’il propose un comportement que nous apprécions, afin qu’il le reproduise.
Par ailleurs, les méthodes positives se réfèrent aux dernières avancées scientifiques en matière de comportement. Il n’est plus question aujourd’hui d’imaginer une quelconque relation de dominance entre chien et humain, puisque deux espèces différentes ne peuvent former une meute.

En quoi l'éducation positive est-elle différente des autres types d'éducation ?
Lorsque l’on utilise des méthodes positives, on utilise le renforcement positif (ex : récompenser lorsque le chien vient quand on l’appelle) et la punition négative (ex : se lever et partir lorsque le chien mordille).
En revanche, on n’utilise pas le renforcement négatif (comme donner des saccades sur le collier jusqu’à ce que le chien s’asseye) ni la punition positive (comme prendre le chien par la peau du cou s’il mordille), qui peuvent sembler fonctionner sur le moment, mais dont les effets pervers sont nombreux. En effet, beaucoup de cas d’agressivité chez le chien proviennent d’incompréhensions et de punitions répétées pouvant s’apparenter à des mauvais traitements.
En éducation positive, on donne envie au chien de coopérer plutôt que de le forcer à obéir par la contrainte physique ou l’intimidation. Ainsi, la confiance et la complicité entre humain et chien sont préservées et on obtient une grande fiabilité du chien, y compris lorsqu’il est en liberté.

Y a-t-il une méthode particulière à appliquer ?
Il n’y a pas une méthode mais plusieurs méthodes et techniques, le tout étant d’éduquer le chien ou de chercher à modifier son comportement en respectant notamment ses besoins fondamentaux (eau, nourriture, confort, soins, activités physiques et intellectuelles appropriées) ainsi que le Code Rural ! On peut utiliser le clicker mais il n’y a pas d’obligation.

En quoi consiste ce clicker ?
Le clicker est un boîtier qui fait un bruit (clic) indiquant au chien que le comportement qu’il est en train de faire va être suivi d’une récompense. L’entraînement au clicker permet d’être précis et d’avoir un chien qui apprend facilement et avec une grande motivation.

Combien de temps faut-il pour apprendre les bases avec cette technique ?
L’apprentissage au clicker-training permet d’enseigner rapidement au chien les exercices de base : s’asseoir, se coucher, aller au panier, attendre, et tout autre tour plus complexe… sans avoir à manipuler, contraindre ou intimider celui-ci. Il est parfois tentant d’appuyer sur la croupe du chien pour aller plus vite alors que le but n’est pas que le chien se couche sous la pression mais qu’il se couche de lui-même rapidement et avec enthousiasme dès qu’on le lui demande. C’est ce qu’on obtient avec les méthodes positives, que ce soit avec ou sans clicker.

Ces cours sont-ils réservés aux jeunes chiens ?
Les méthodes positives se pratiquent avec succès avec tous les chiens, quel que soit leur âge, leur taille ou leur race. Autre atout : il n’est pas nécessaire d’avoir un grosse voix ou une stature imposante pour se faire écouter de son chien. A l’inverse des méthodes coercitives qui peuvent provoquer des réactions agressives chez le chien, il n’y a pas de contre-indication à l’utilisation des méthodes positives, qui sont basées sur une bonne compréhension et écoute du chien.

Éduquer ainsi son chien, ça coûte combien ?
Les tarifs sont libres et chaque éducateur canin définit les siens. A noter que la charte du MFEC (Mouvement professionnel Francophone des Éducateurs de Chiens de compagnie), qui recense des professionnels s’engageant à utiliser des méthodes respectueuses du chien, demande à ce que ses adhérents se forment continuellement, en participant à des séminaires ou en faisant des stages, afin d’être à jour de leurs connaissances.

Pourquoi choisir d’éduquer son chien ainsi ?
Éduquer son chien à l’aide de méthodes positives est d’abord un choix éthique. C’est faire le choix d’éduquer son chien sans lui faire de mal. C’est aussi se baser sur les lois scientifiques du comportement plutôt que sur les idées reçues pour comprendre son chien et éviter ainsi des problèmes de comportement.

Merci Irène d'avoir répondu à nos questions.
Visitez le site : www.caniclass.com