Se cultiver chez soi grâce aux musées virtuels

Les nouvelles technologies parfois critiquées ont au moins un avantage : faciliter l'accès à la culture. Ainsi, de plus en plus de musées ouvrent désormais leur galerie virtuelle. C'est le cas notamment du plus célèbre d'entre tous : le Louvre. Une façon de toucher un public plus large et de l'inciter, pourquoi pas, à revenir à des visites plus traditionnelles.

Se cultiver chez soi grâce aux musées virtuels

Les trésors artistiques du monde entier nous font rêver. Mais difficile par manque de temps ou de moyens de visiter tous les musées qui les abritent. Il est pourtant possible de les admirer comme si on y était grâce aux visites virtuelles auxquelles de plus en plus de musées semblent désormais s'intéresser.

Faciliter l'accès à la culture

L'accès à la culture est encore largement limité aux quatre coins du monde. Ainsi, seuls 3 Français sur 10 et 4% de la population mondiale ont accès aux musées. Des chiffres effarants qui témoignent d'une autre pauvreté : la pauvreté culturelle.

Il faut dire que bien des obstacles barrent la route de celles et ceux qui souhaiteraient découvrir les plus belles œuvres d'art du monde. La distance géographique tout d'abord, que les difficultés financières rendent impossibles à contourner. Le manque de temps ensuite et l'incapacité physique à se déplacer, parce qu'on ne peut pas toujours faire grande chose, là non plus, contre l'âge ou l'invalidité.

Les nouvelles technologies semblent donc être le meilleur espoir des oubliés de la culture. Mais pas seulement. Les visites virtuelles sont aussi destinées à un public de connaisseurs. Elles permettent de revivre la découverte d'une galerie, de montrer des coups de cœur découverts lors de ces visites à ses proches, de retrouver ultérieurement des infos qui auraient échappé au visiteur, d'avoir un aperçu d'une collection afin de préparer une visite à venir.

Des musées virtuels aux quatre coins du monde

De plus en plus de musées ont donc mis en place des visites virtuelles. Parmi les établissements que l'on peut découvrir depuis son canapé, le musée entièrement en ligne créé par Google. Il regroupe des expositions de musées de renom tels que le Tate Britain ou encore le musée Kampa de Prague.

En France, un musée 100% numérique a également vu le jour sous le nom de UMA. Ici, un commissaire d'exposition sélectionne des œuvres en fonction de thématiques. Il est ainsi possible de découvrir le street art avant d'aller faire un tour sur l'exposition consacrée à la Renaissance italienne.

D'autres établissements de renom offrent également la possibilité de découvrir certaines de leurs galeries en ligne. C'est le cas du Louvre qui permet l'accès au Louvre médiéval, à la galerie d'Apollon ou encore aux Antiquités égyptiennes depuis chez soi.

L'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) a aussi son musée virtuel, tout comme la Sacem qui permet de passer en revue plus de 6700 de ses archives musicales sur son site.

Des visites gratuites, un équipement sommaire

Pour accéder à ces offres, rien de plus simple. Il suffit de se munir d'un ordinateur, d'un smartphone ou d'une tablette et d'avoir accès à une connexion internet avec un bon débit de préférence. Pour une immersion plus intense, certaines expositions sont également disponibles en 3D. Il faut alors posséder un casque de réalité virtuelle pour pouvoir en profiter pleinement.

Côté tarifs, bonne surprise. Ces expositions sont accessibles gratuitement. De plus, elles sont consultables 7j/7 et 24h/24. Mais attention au risque d'overdose. Il peut être tentant de passer en revue toutes les œuvres sans prendre le temps de s'y intéresser vraiment. L'objectif étant de se cultiver plus que de faire du zapping, il peut être intéressant de choisir une expo à la fois et de prévoir suffisamment de temps pour s'y consacrer vraiment, comme dans la vraie vie.

Par

Publié le

A lire ailleurs