Porte ouverte chez... le peintre Gustave Moreau

Peintre symboliste du 19è siècle, Gustave Moreau a longtemps habité à Paris, dans le quartier Saint-Georges. Selon ses vœux, sa maison familiale est devenue un musée qu'il est possible de visiter. Suivez le guide.

Porte ouverte chez... le peintre Gustave MoreauPhoto: bienchezsoi.net

Gustave Moreau n'est pas le plus connu des peintres français, mais il est pourtant l'un des grands représentants du courant symboliste. Ces œuvres, teintées de mysticisme, s'inspirent beaucoup de la mythologie et de l'Antiquité.

L'artiste commence à dessiner dès l'âge de 6 ans, mais c'est vingt ans plus tard, en 1852, que sa carrière commence, lorsqu'il expose au fameux "Salon", une célèbre manifestation parisienne.


Une maison-atelier devenue maison-musée

La même année, ses parents lui achètent une maison dans le 9è arrondissement de Paris, et toute la famille s'y installe. Dans ce quartier baptisé la "Nouvelle Athènes", les hôtels particuliers offrent en effet une architecture rappelant l'Antiquité.

Maison Gustave Moreau

Pourtant, à l'époque, la maison des Moreau est modeste, avec sa façade en crépi orange et sa glycine. Son aspect provincial, voire vieillot, la distingue des autres maisons du quartier. Aujourd'hui, les pierres apparentes, les sculptures et les colonnes semblant soutenir les hautes fenêtres donnent un cachet unique à la bâtisse.

Un appartement transformé de son vivant

Maison Gustave Moreau

Gustave Moreau habite donc cette demeure avec ses parents, et profite d'un petit atelier au troisième étage. Son père meurt en 1862, et sa mère en 1884. Célibataire, il se retrouve seul dans cette grande maison. Il décide alors de la transformer et, en 1895, confie au jeune architecte Albert Lafon les travaux d'extension. L'idée est d'ajouter deux nouvelles pièces au 1er étage pour ses appartements privés et de construire deux grands ateliers vitrés aux 2è et 3è étages.

Le salon de réception

Maison Gustave Moreau

Les travaux d'agrandissement permettent au peintre de créer un petit cabinet de travail. C'est dans cette pièce que Gustave Moreau reçoit ses (rares) visiteurs, au milieu de souvenirs, de livres rares et d'objets hétéroclites parfois précieux. Professeur à l'école des Beaux-Arts depuis 1892, il a pour élèves des noms devenus illustres comme Henri Matisse, Léon Printemps ou Charles Camoin. Le dimanche, il les reçoit chez lui, avec d'autres jeunes artistes.

La salle à manger

Maison Gustave Moreau

La salle à manger possède de jolies boiseries vert d'eau, assorties à des chaises de style Louis XVI, qui tranchent avec le rouge profond des murs et des rideaux. Véritable petit musée sentimental, la pièce est décorée avec des reproductions des peintures les plus célèbres de Gustave Moreau, mais aussi quelques gravures d'autres artistes. On admirera également le délicat travail des fenêtres, et une somptueuse collection de céramiques.

La chambre à coucher

Maison Gustave Moreau

Ancien salon de sa mère Pauline, la chambre de Gustave Moreau est celle où il trouva la mort en 1898. A l'époque déjà, la pièce était dédiée au souvenir : l'artiste y conservait le mobilier de ses parents auquel il tenait, et avait accroché aux murs de nombreux portraits de famille, parmi lesquels son père Louis et sa jeune sœur Camille, disparue à l'adolescence. Les photos de ses aïeux sont placés à la manière d'un arbre généalogique. Au pied du lit, un beau jeu d'échec attend les amateurs.

Le boudoir

Maison Gustave Moreau

Tour à tour bureau du père, puis chambre à coucher, cette pièce devint un boudoir lors des travaux de 1895. Dans cette jolie pièce à l'atmosphère intimiste, les meubles (signés par l'ébéniste Alexandre Fourdinois) appartenaient à Alexandrine Dureux, la seule femme que Gustave moreau ait aimé dans sa vie (sans pour autant l'épouser). Mais l'aménagement de ce boudoir revient à l'artiste, en mémoire à sa "chère et bien aimée", disparue en 1890. Le mobilier en marqueterie y côtoient de jolis sièges en damas jaunes. Là encore, de nombreuses œuvres du peintre sont accrochées aux murs.

Les ateliers à l'étage

Maison Gustave Moreau

Vers la fin de sa vie, seul dans cette grande demeure, Gustave Moreau a transformé la maison familiale en "petit musée". Le projet était en tête depuis un moment et l'artiste avait pris soin de conserver la plupart de ses dessins et peintures. En 1896, il entreprend de choisir et classer ses œuvres, en agrandissant certaines, en retouchant d'autres. Il stocke le tout sur les deux étages de son atelier, séparés par un magnifique escalier en spirale.

Une œuvre majestueuse

Les ateliers de Gustave Moreau permettent de (re)découvrir un artiste majeur, très inspiré par la mythologie et les sujets religieux. Ces immenses toiles occupent l'espace, avec leurs paysages découpés et leurs tons exacerbés. Si sa toile la plus célèbre, "Orphée", est conservée au Musée d'Orsay, la plupart de ses autres peintures ornent aujourd'hui les murs de son atelier. Parmi elles, une œuvre étonnante, un polyptyque composé de dix panneaux et intitulé "La Vie de l'Humanité".

Maison Gustave Moreau

A sa mort en 1898, Gustave Moreau lègue à l'État, par testament, sa maison et tout ce qu'elle contient. Un musée national ouvre ses portes cinq ans plus tard, en ces lieux.

Pour visiter la maison de Gustave Moreau
14 rue de La Rochefoucauld - 75009 Paris
Ouvert de 10h à 12h45 et de 14h à 17h15 (sans interruption le week-end).
Fermé le mardi.
Entrée : 6 € (4 € en tarif réduit, gratuit le 1er dimanche).

Publié le 05/07/2018, par Guillaume

"Créateur du site et auteur de nombreux articles, je supervise aussi l'équipe de rédacteurs, pour vous faire partager nos trouvailles, nos idées, nos envies."