Peut-on méditer quand tout va mal ?

La méditation est une technique reconnue pour s'apaiser. En nous ancrant dans le présent, elle permet de calmer l'esprit vagabond et de réduire les souffrances dues aux émotions. Mais peut-on encore méditer quand le ciel nous tombe sur la tête et que le sol se dérobe sous nos pieds ?

Peut-on méditer quand tout va mal ?

Il est rare que l'on s'intéresse à la méditation et surtout à sa pratique quotidienne quand tout va parfaitement bien dans la vie. C'est bien souvent en réponse à une forme de souffrance que l'on vient à méditer. Une technique utilisée depuis des siècles par les bouddhistes et reconnue désormais par les thérapeutes occidentaux comme salutaire, pour celles et ceux qui ont le cerveau encombré par des pensées désagréables.

La méditation de pleine conscience offre en effet un espace de calme dans une vie agitée par les émotions. Pour autant, cette pratique est-elle encore efficace dans les moments les plus difficiles ? Est-il utile de se mettre à méditer quand le moral s'effondre ?

La tentation du refuge

Le moment de la méditation est un moment à part dans la journée. Quelques instants de calme où l'on s'assoit, immobile, à l'écoute de sa respiration. Une telle pause est donc très tentante quand le cerveau s'emballe et ne nous délivre que des messages négatifs. Se poser sur un coussin, dans le silence, les yeux fermés : ce repli sur soi, comme un refuge à l'intérieur de soi-même, est bénéfique mais pas toujours évident.

Quand le moral est durement frappé par une terrible nouvelle, se mettre ainsi "sur pause" n'est pas chose facile : le cerveau continue de nous abreuver de son bavardage incessant. Il convient donc d'être patient et opiniâtre, en répétant les étapes : "Je suis immobile, je respire et j'accueille tous les sons". Plus l'instant est difficile, plus il est nécessaire de se concentrer sur l'exercice. Une cloche de vigilance, déclenchée toutes les 5 minutes par une application sur votre téléphone par exemple, pourra être une aide appréciable pour vous ramener à l'effort et ne pas se laisser embarquer par son cerveau en panique.

Le bénéfice de la relaxation

Bien que la méditation ne soit pas une technique de relaxation, elle y est souvent assimilée. Pour cause, la position assise et immobile, le silence de l'instant, les respirations profondes et l'espoir de se vider la tête. Mais dans la pratique, méditer ne détend pas forcément. Parfois même, l'expérience n'est pas agréable. La lutte sans fin contre le flot continu de pensées peut déprimer les plus pressés. Surtout que l'objectif de sérénité s'atteint sur le long terme.

A court terme cependant, faire une pause "pleine conscience" peut amener un certain mieux-être. S'asseoir dans le silence, rester attentif aux bruits et aux parfums, se connecter à tous nos sens : voilà qui éloigne les pensées parasites et donne l'impression de calmer le cerveau dans un moment où il bouillonne. A défaut de méditer véritablement, ce moment peut donc avoir des effets relaxants non négligeables.

Un effort nécessaire

Mais ne rêvons pas : quelques minutes de méditation ne vous feront pas retrouver la sérénité dont vous rêvez, surtout si vous venez d'apprendre une très mauvaise nouvelle ou si vous venez d'être soumis à un choc important. C'est la pratique régulière qui sera probablement bénéfique, à condition d'être assidu et concentré. En cas de forte douleur morale, il faudra donc s'accrocher et poursuivre ce moment de pause, chaque jour, avec une grande régularité, même si les effets ne sont pas perceptibles.

Méditer quotidiennement est une condition nécessaire pour en apprécier les bienfaits. Profitez de chaque moment de calme et d'inactivité pour apprécier votre respiration, écouter le monde qui vous entoure et regarder passer vos pensées : dans une salle d'attente, dans les transports en commun... Faites des pauses régulièrement dans votre travail pour regarder dehors, toujours à l'écoute de votre respiration, sans vous accrocher à vos pensées. Il est même possible de méditer en marchant. La multiplication de ces instants "en pleine conscience" faciliteront la dispersion de vos ruminations et de vos angoisses.

Publié le 06/10/2016, par Guillaume

"Créateur du site et auteur de nombreux articles, je supervise aussi l'équipe de rédacteurs, pour vous faire partager nos trouvailles, nos idées, nos envies."