Mieux vivre avec son hypersensibilité

En touchant près d'une personne sur cinq, l'hypersensibilité reste encore mal connue et peut même être mal perçue par ceux qui ne la comprennent pas, compliquant ainsi les relations entre ceux qui sont hypersensibles et ceux qui vivent avec un hypersensible.

Mieux vivre avec son hypersensibilitéPhoto: 123RF

L'hypersensibilité, comme son nom l'indique, correspond à une sensibilité accrue, tant aux émotions (les siennes comme celles des autres), qu'aux stimuli extérieurs (son, luminosité, odeurs…). Mais l'hypersensibilité est bien plus que ça encore.

Qu'est-ce que l'hypersensibilité ?

Tout d'abord, l'hypersensibilité n'est pas une pathologie ou une tare. Il s'agit d'une caractéristique personnelle, qui touche un cinquième de la population. Il ne faut pas la confondre avec la timidité ou l'introversion, car même si ces trois caractéristiques peuvent être liées, elles ne découlent pas nécessairement l'une de l'autre.

On peut reconnaître l'hypersensibilité à plusieurs points :

1. Un besoin de comprendre les choses en profondeur ;
2. Une empathie plus grande pour leurs proches comme pour des inconnus, ainsi que pour les livres ou les films (ils détestent le plus souvent les films d'horreur) ;
3. Une attention plus portée sur les détails et les changements dans leur entourage et en conséquence, une plus grande sensibilité à l'attention que leur portent les autres ;
4. Une sensibilité accrue aux bruits répétitifs et aux lumières trop vives, ou encore à la foule, qui peuvent provoquer de l'irritation chez eux ;
5. Des réactions qui semblent parfois disproportionnées par rapport à la situation.

Un hypersensible peut se retrouver chez un être qui exprime facilement ses émotions, comme chez un autre qui au contraire paraît froid et distant (exprimant ainsi un besoin de se protéger face à ses émotions et à celles des autres).

Comment gérer son hypersensibilité ?

Il n'y a pas de traitement pour l'hypersensibilité, car ce n'est pas quelque chose de négatif. Il faut au contraire apprendre à l'accepter et s'en servir, notamment à travers la création.

Un suivi thérapeutique peut aider à mieux accepter ses émotions si elles ont été longtemps réprimées. Il est également primordial de se connaître et de comprendre les situations qui provoquent une réaction disproportionnée, pour les éviter ou pour prévenir les personnes qui sont présentes.

Il existe également des techniques de relaxation et de méditation permettant de se sentir mieux et moins angoissé.

L'hypersensibilité d'un proche ou d'un enfant

Tout d'abord, il convient de ne pas créer de culpabilisation. Accepter les émotions et les réactions parfois incompréhensibles d'un proche ou d'un enfant n'est pas toujours chose facile, mais il est important que ces émotions puissent être exprimées et non pas réprimées (ce qui provoquerait le risque de les canaliser en un sentiment négatif). La parole peut aider, en demandant par exemple des explications et en expliquant soi-même ce que ce comportement peut provoquer chez autrui.

Chez l'enfant, la non-acceptation de son hypersensibilité peut provoquer colère, souffrance et frustration à long terme. Au contraire, l'aider à l'exprimer par la création (dessin, musique, écriture…) peut lui permettre de se sentir mieux et d'utiliser ainsi au mieux cette capacité pour s'épanouir.

Dans la mesure du possible, accordez des moments de calme et de solitude à vos proches hypersensibles, pour qu'ils puissent se ressourcer. L'hypersensibilité peut être une force, encore faut-il accepter de s'en servir.

Publié le 07/12/2015, par Anaïs Sybellas

"J'aime citer Goethe : Quoique tu rêves d'entreprendre, commence-le. L'audace a du génie, du pouvoir, de la magie."