Les trulli, ces maisons troglodytes typiques de l'Italie

Si la région des Pouilles, dans le talon de la botte italienne, héberge bien des merveilles, l'un de ses symboles les plus connus est le trullo, petite maison à forme conique qu'on trouve dans différents villages. Sous sa forme atypique se cachent des anecdotes et des secrets de construction, qu'on vous dévoile dans cette présentation des trulli.

Les trulli, ces maisons troglodytes typiques de l'Italie Photo : lavaligiainviaggio

Les trulli font partie du patrimoine du sud de l'Italie et chaque année, des milliers de visiteurs se pressent dans la ville d'Alberobello et dans ses environs, pour admirer ces constructions insolites. Si vous avez la chance de passer dans les Pouilles, sachez que la visite est incontournable.

Mais quelques explications s'imposent sur leur forme, leurs matériaux de construction et les symboles qu'ils arborent sur leurs toits.


Les trulli, des maisons troglodytes faciles à détruire

Le terme de Trullo dérive du terme dialectal truddu, qui sert à désigner des cabanes de pierres installées en pleine campagne, mais son étymologie rappelle également le mot torulos (coupole, tour) en grec.

Loin de ressembler à des châteaux, les trulli sont essentiellement des maisons paysannes, qu'on croise dans les campagnes ou dans certains villages à la population agricole forte, du moins durant les siècles passés. Facilement identifiable par son dôme conique, sa forme circulaire et le pinacle ornemental trônant à son sommet, le trullo est construit, au départ… pour être détruit au plus vite.

Entre le XVIe et le XVIIe siècle, alors que l'Italie n'est composée que de royaumes indépendants, des seigneurs locaux autorisent des paysans à s'installer sur leurs terres, afin de les cultiver et ainsi d'augmenter la richesse et la production de la région sans avoir à rendre de comptes à la Cour de Naples dont dépend la Puglia. La seule condition ? Construire des trulli, avec une technique héritée de la préhistoire, en pierre sèche et sans mortier, afin qu'ils puissent être détruits rapidement en cas de non-paiement des impôts demandés.

C'est ainsi que de petites agglomérations de trulli se forment dans les Pouilles, jusqu'à ce que cette forme de construction soit abandonnée à la moitié du XXe siècle, car elle demande de la main d'œuvre - devenue chère -, du temps et beaucoup de matières premières.

trulli en Italie

Les caractéristiques principales du trullo

Les trulli sont généralement en tuf blanc ou en calcaire, très abondant dans la région. Leurs murs, d'une épaisseur comprise entre 0,80 et 2,70 mètres permettent d'isoler la maison, et de garder la fraîcheur intérieure intacte durant les chauds étés du sud italien. Ils peuvent avoir une ou plusieurs pièces, chacun faisant office de trullo !

Ces habitations se composent de plusieurs strates, bien visibles, qui séparent la base blanche de son toit conique. Celui-ci est formé de chiancarelle, des pierres disposées de sorte à éviter les infiltrations. Pour les plus gourmands, sachez que des pâtes, presque identiques aux fameuses orecchiette, en reprennent la forme ! Au sommet, le pinacle peut prendre diverses formes (un cône, une boule, une croix…) et il sert à la fois à stabiliser la structure et à indiquer le statut social du propriétaire du trullo.

Vous noterez certainement, en contemplant ces maisonnettes rurales, la présence de symboles peints sur les toits. Les explications sont variées concernant leurs origines et on peut y voir une manière de se prémunir du malocchio (le mauvais œil), pour une population très superstitieuse encore aujourd'hui, ou des signes religieux ancestraux. Certains symboles parmi les plus récents représentent… le logo du gîte qui les propose aux visiteurs !

trulli en Italie

Où admirer les trulli dans les Pouilles ?

Si les trulli peuvent être aperçus dans l'ensemble de la vallée d'Itria, qui se situe entre les provinces de Bari, Brindisi et Tarente, c'est bien dans la ville d'Alberobello que vous en trouverez les exemples les plus remarquables.

La ville est classée au Patrimoine de l'Unesco depuis 1996 et on la considère comme la capitale des trulli. Dans ce charmant village, vous pourrez admirer des constructions assez particulières, comme les trulli siamois reliés par le toit, l'église des trulli dédiée à Saint-Antoine de Padoue ou encore le trullo souverain, le plus grand de la commune, avec ses douze cônes !

En vous promenant, vous pourrez découvrir deux quartiers connus pour leur forte densité en trulli – le Rione Monti et le Rione Aja Piccola – qui hébergent plusieurs centaines de ces constructions atypiques. Très touristique, Alberobello n'en reste pas moins un lieu à part, et découvrir ses trulli est un spectacle qui devrait vous ravir.

Par

Publié le

Ça peut aussi vous intéresser...

Original : un kota finlandais dans votre jardinOriginal : un kota finlandais dans votre jardin

A lire ailleurs