Les 9 règles d'une automédication réussie

Par manque de temps ou faute de disponibilités de notre médecin, nous sommes nombreux à soigner nous-mêmes ces petits problèmes de santé sans gravité. Mais parce que l'automédication peut se retourner contre nous, quelques règles élémentaires doivent être observées pour éviter les drames.

Les 9 règles d'une automédication réussie

Un rhume, une gastro, une migraine ou même une grippe, on ne trouve pas toujours nécessaire de consulter son médecin généraliste, surtout lorsque de nombreux médicaments sont disponibles en vente libre pour en venir à bout.

Pourtant, l'automédication ne doit pas être prise à la légère et mieux vaut prendre quelques précautions avant de s'y adonner. Voici les 9 commandements pour se soigner soi-même sans danger.


1/ Faire confiance à son pharmacien

S'il n'est pas toujours possible d'obtenir un rendez-vous rapidement avec son médecin généraliste, le pharmacien est lui en revanche toujours disponible pour répondre à nos questions. Même si on pense bien connaître le problème de santé dont on souffre et la façon dont le traiter, cela ne coûte rien d'échanger avec un professionnel de santé à ce sujet. Symptômes, traitement, contre-indications, nous pouvons poser toutes nos questions à ce professionnel compétent qui saura nous donner son avis éclairé et nous éviter peut-être une erreur d'auto-diagnostic ou un traitement inadapté.

2/ S'interroger sur la nécessité du médicament

Nous avons pris l'habitude d'avoir toujours un médicament à portée de main pour répondre à n'importe lequel de nos maux quotidiens. Les médicaments n'étant pas dénués d'effets secondaires, il est toujours important de se poser la question de la nécessité réelle d'en prendre. Ce mal de tête ne pourrait-il pas passer avec un peu de repos ? Ne pourrions-nous pas attendre quelques jours que ce rhume guérisse de lui-même ? Posons-nous toujours la question avant de sauter sur un médicament.

3/ Ne pas réutiliser un médicament déjà prescrit

Même si le mal dont nous souffrons ressemble fortement à un problème dont nous avons déjà été victime, il pourrait être dangereux de recommencer le même traitement sans un avis médical. Le traitement pourrait ne plus être adapté ou l'affection totalement différente de la précédente, bien que très ressemblante.

4/ Ne jamais prendre le traitement d'un autre

Cela paraît évident mais il est important de le rappeler, un diagnostic, un traitement se pose et se décide au cas par cas. Si une personne, pensant bien faire, nous tend gentiment un médicament qui lui a été prescrit, rappelons-lui et rappelons-nous qu'il n'est peut-être pas adapté à notre situation.

5/ Lire attentivement la notice

La notice d'utilisation d'un médicament nous offre des renseignements précieux quant à la posologie, la durée de traitement et les contre-indications. Il est en effet toujours nécessaire de s'assurer que le médicament que nous nous apprêtons à prendre n'est pas contre-indiqué notamment au regard des traitements que nous prenons déjà.

6/ Vérifier la date de péremption

Certains produits dorment parfois des mois au fond d'un placard et avant de les utiliser, il est important de s'assurer qu'ils ne sont pas périmés. Il faut être également particulièrement attentif aux médicaments déjà entamés, qui ne se gardent parfois que quelques jours après leur ouverture.

7/ Respecter les doses prescrites

Certains traitements comme les sirops pour la toux et les pastilles pour la gorge semblent totalement inoffensifs. Il faut pourtant jouer de prudence quel que soit le médicament que l'on consomme et respecter les doses prescrites.

8/ Respecter la durée de traitement

Là encore, la notice d'utilisation est notre meilleure source d'information. Elle nous apprendra quelle est la durée de traitement et après combien de jours sans amélioration il nous faudra consulter un médecin.

9/ Ne pas multiplier les traitements

Il est évident que plus on prend de médicaments, plus on augmente les risques d'interaction. Le mieux est l'ennemi du bien et même si les produits que nous avons choisi semblent sans risque, mieux vaut ne pas tenter le diable.

Publié le 17/11/2017, par Carole Guidon

"Comme Neale Donald Walsch, je crois que la vie commence là où notre zone de confort s'arrête. Et vous ?"