Le toit de chaume : charme et efficacité

Un temps délaissé, mais finalement jamais oublié, le toit en chaume effectue son grand retour. Alliant le naturel avec un charme délicieusement rustique, le toit de chaume est une couverture de toit végétale, parfaitement écologique et ne manquant pas d’avantages.

Le toit de chaume : charme et efficacitéPhoto: Eva Schuster

Pour certains, une maison au toit de chaume ressemble à la maison des 7 nains. Il faut dire que cette technique de couverture est ancestrale. Elle donne un aspect champêtre aux constructions, apportant une touche chaleureuse et authentique. Mais ce n'est pas tout : le chaume est également choisi pour ses nombreux atouts, déjà bien connu des Anciens et utilisé depuis fort longtemps.

Le chaume au temps jadis

Déjà utilisée durant l’Antiquité, le chaume est l’un des plus vieux modes de couverture de toit du monde. Il est typique de l’Europe méridionale et même septentrionale, où il a longtemps recouvert le toit des maisons. Les paysans utilisaient à l’époque les matériaux bon marché, disponibles en abondance et qui présentaient de bonnes propriétés d’imperméabilité.
Ainsi, et selon les régions, on utilisa des tiges de roseaux, de jonc, de la paille de blé ou de seigle pour couvrir son toit. On les faisait sécher avant de les débarrasser de leurs grains résiduels, puis on les serrait en bottes pour les disposer ensuite en banc étroits sur les pentes du toit.
Cette technique disparut vers la fin du 19ème siècle, interdite par les communes car présentant un trop haut risque d’incendie. Elle fût alors remplacée par la tuile, l’ardoise et bien plus tard, par la tôle.

Les avantages d’un toit de chaume

Offrant aujourd’hui un charme et une authenticité à n’importe quelle maison, le toit de chaume est bien loin de ses débuts modestes et n’est pas sans présenter de multiples atouts.
Le chaume fait en paille de seigle, le plus répandu en France, est une matière naturellement résistante, possédant une haute teneur en silice et en cellulose. Cette particularité fait qu’il n’intéresse ni les rongeurs ni les insectes. Parfaitement imperméable, il ne laisse entrer aucune goutte depuis l’extérieur, qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente. Il n’a d’ailleurs aucun point de rosée.
Le chaume est aussi un isolant thermique naturel, ne laissant passer dans les combles ni la chaleur torride d’un soleil d’été ni le froid de l’hiver, pour un intérieur naturellement frais même en pleine canicule et chaud au plus fort de l’hiver.
Enfin, pour une toiture épaisse de 25 à 35 cm, le chaume offre également une très bonne isolation phonique, sans travaux ni surcoûts complémentaires.

Entretenir son toit de chaume 

Bien posé, un toit en chaume a une longue durée de vie : 40 ans en moyenne, 50 ans si l’on suit à la lettre les consignes d’entretien. Il s’agit d’une toiture tenant bien les intempéries et qui, grâce aux techniques de pose actuelles, ne craint pas plus le feu que l’ardoise ou la tuile.
Le chaume ne nécessite généralement pas d’entretien régulier durant les 5 à 7 premières années suivant sa pose. Toutefois, après cette période, on devra le traiter périodiquement pour le protéger de l’usure et des mousses. Dans un premier temps, il suffit d’éliminer tous les 3 ans les couches abîmées avec une brosse puis de nettoyer la toiture au jet d’eau avant arroser le tout d’un bon produit anti-lichen et anti-mousse.
Tous les 25 ans se fera ensuite un entretien plus poussé pendant lequel il faudra poser de nouvelles bottes de chaume afin de remplacer celles usées, afin que votre belle toiture garde toutes ses propriétés isolantes.

Publié le 28/08/2013, par Erwan Dutellier

"Fan de technologie et de design intérieur, j'aime les maisons et les gens qui vivent dedans."