Le retour du papier peint

Bien qu’utilisé depuis plusieurs siècles, le papier peint est passé de mode au profit d’autres revêtements. Il revient aujourd’hui en force, sous d’autres formes, d’autres couleurs, d’autres motifs.

Le retour du papier peint

On retrouve la trace du papier peint il y a déjà presque 2000 ans, en Chine. Les Arabes font évoluer la technique et c’est au XVIIIe siècle que la production s’intensifie. En Angleterre, la technique du « rabotage » permet d’obtenir des rouleaux à imprimer, tandis qu’en France, celle du « domino » consiste à imprimer directement sur des feuilles de papier. Rapidement, les motifs se répètent sur les feuilles et le papier est livré continu. Le papier peint tel que nous le connaissons est né.

Dans les années 1970, la tendance est aux couleurs vives et aux motifs géométriques. Les ronds oranges sur papier marron font fureur mais finissent par lasser. Au fil des années 80, les consommateurs se tournent vers une déco plus sobre, voire zen. Le papier peint devient ringard : on lui préfère la peinture, qui en outre est moins difficile à poser. Pour relancer le secteur du papier, les industriels proposent donc d’imiter les effets créés par la peinture, mais en vain. Les bricoleurs préfèrent même appliquer de vrais enduits et les cirer. Les fabricants doivent alors trouver une autre méthode : se démarquer.

Pour retrouver la faveur du public, le papier peint doit proposer ce que les plus belles peintures n’offrent pas : des créations. Pour cela, les professionnels s’entourent de designers de renom et commencent à créer des gammes de papier furieusement tendance. On joue sur les motifs, on associe les couleurs. L’heure est à la diversité : fini le papier unique dans la même pièce, on alterne les modèles d’un mur à l’autre. Le papier peint surfe sur la vague de l’accessoirisation, il ne décore plus, il personnalise ! Il ne recouvre plus, il habille ! Cycle inévitable, même les motifs seventies reviennent à la mode.

Techniquement, le papier peint a fait aussi de gros progrès. L’impression numérique améliore le rendu et les motifs peuvent être remplacés par des photos. Mais surtout, la pose fastidieuse du papier peint est facilitée par un nouveau revêtement, l’intissé, qui s’applique directement sur les murs couverts de colle. Au placard, la table à encoller. Le temps de pose est réduit, le matériel simplifié. Certes, il est un peu plus cher que le papier classique, mais il est moins fragile et plus facile à retirer.

Original, élégant, différent, le papier peint permet désormais de renouveler sa déco en un clin d’œil. Avec les nouvelles collections, chacun peut s’offrir les talents des artistes du moment pour pas cher et faire de son intérieur une petite œuvre d’art…